Mali: Quatre organisations internationales condamnent les violences à Bamako et appellent au dialogue

Les représentants dans le pays de l'Union africaine, de la Cédéao, de l'ONU et de l'UE se disent très préoccupés par les troubles dans la capitale, et appellent à la retenue.

Dans un communiqué commun publié dans la nuit de dimanche à lundi, les représentants des quatre organisations se disent « très préoccupés » et « condamnent avec vigueur toute forme de violence comme moyen de règlement de crise ».

Ils « condamnent » aussi le recours à la force létale par les forces de sécurité, « et invitent toutes les parties prenantes à la retenue et leur demandent de toujours privilégier le dialogue ».

Ils notent que l'arrestation de chefs de file de la contestation fait obstacle à ce dialogue pourtant demandé par le président Ibrahim Boubacar Keïta.

La capitale du Mali est la proie, depuis vendredi, de ses plus graves troubles depuis des années. Les violences ont fait au moins 11 morts et 124 blessés, selon un responsable des urgences d'un grand hôpital de la capitale.

La situation alarme les alliés et les voisins du Mali, inquiets d'un élément déstabilisateur de plus dans un pays confronté au jihadisme et à une série de défis majeurs, dans une région elle-même tourmentée.

Les représentants au Mali des quatre organisations se disent « persuadés » que les conclusions d'une récente mission de bons offices de la Cédéao « posent les bases d'une solution appropriée ». Cette mission avait évoqué la « nécessité » de mettre en place un « gouvernement consensuel d'union nationale ».

Elle prônait l'organisation de législatives partielles dans des circonscriptions dont la Cour constitutionnelle a invalidé les résultats après les élections de mars-avril. Cette invalidation passe pour un élément déclencheur primordial de l'escalade.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.