Ile Maurice: Journée mondiale de la population 2020 - La National Population Policy 2019-2030 au centre d'un atelier de travail

communiqué de presse

La National Population Policy (NPP) pour la période de 2019 à 2030 était l'objet d'un atelier de travail d'une journée qui a été lancé, ce matin, au Voilà Hotel à Bagatelle.

La NPP a été élaborée pour répondre aux questions multiples et interconnectées qui se posent du fait de l'évolution du paysage démographique. Elle est basée sur des données qui montrent le lien entre la dynamique démographique, la qualité de vie et le développement durable.

Un groupe de travail multisectoriel a été créé par le ministère de la Santé et du Bien-être pour se pencher sur la NPP, et une assistance technique a été apportée par le Fonds des Nations unies pour la population pour rédiger le document. Celui-ci comprend cinq chapitres, à savoir les tendances démographiques, les principales dynamiques et opportunités démographiques, la vision et l'objectif de la politique démographique, les stratégies proposées pour la politique démographique, et la stratégie et le cadre de mise en œuvre. Ce document est accompagné d'une série de recommandations qui incluent, entre autres, le renforcement des systèmes d'éducation et de soins de santé, l'atténuation des impacts du changement climatique, et la garantie d'un environnement durable.

Journée mondiale de la population 2020

L'atelier coïncide avec la Journée mondiale de la population 2020, commémorée le 11 juillet chaque année. Le thème choisi par le Fonds des Nations unies pour la population est " Ralentir la propagation de la COVID-19 : comment protéger la santé et les droits des femmes et des filles". L'accent est mis sur les vulnérabilités des femmes et des filles dans le sillage de la pandémie et sur les moyens pour préserver leur santé sexuelle et reproductive.

Une unité nationale de soins intensifs néonatals à l'hôpital Victoria

Dans son discours à l'ouverture de l'atelier, le ministre de la Santé et du Bien-être, Dr Kailesh Jagutpal, a parlé de la mise sur pied d'une unité nationale de soins intensifs néonatals à l'hôpital Victoria, qui permettra de prendre en charge encore plus de bébés nés avec peu de chances de survie. Il a rappelé qu'à Maurice, beaucoup a été fait en matière de santé sexuelle et reproductive, ajoutant qu'une baisse constante et régulière de la mortalité maternelle et infantile est observée.

«Notre système de soins de santé s'est renforcé grâce à de meilleurs infrastructures, équipements et savoir-faire », a-t-il déclaré. Il a ajouté que les cinq hôpitaux régionaux du pays sont tous équipés d'unités de soins intensifs néonatals qui donnent aux bébés nés dans des conditions sévères plus de chance de survie.

Le phénomène du vieillissement de la population à Maurice, ainsi que la baisse des tendances dans la fécondité ont aussi été évoqués. Le ministre a précisé qu'en 2019, la population de Maurice a diminué pour la première fois depuis plus de 50 ans. « Si cette tendance se maintient, notre population diminuera de plus de 200 000 personnes d'ici 2050 » a-t-il signalé. Dr Jagutpal est également revenu sur les nombreux initiatives à mettre en œuvre en vue de permettre un meilleur bien-être familial, de promouvoir un mode de vie actif et sain, d'inculquer de bonnes habitudes alimentaires aux citoyens, et de préserver la santé des personnes âgées.

Pour sa part, la coordinatrice des Nations unies à Maurice, Mme Christine Umutoni, s'est appesantie sur la crise du Covid-19 qui a eu des conséquences désastreuses sur les personnes, les communautés et les économies. Elle a déploré que les femmes, qui représentent la plus grande partie des travailleurs de santé en première ligne, soient exposées de manière disproportionnée au Coronavirus.

En outre, Mme Umutoni a mis en avant que les périodes de confinement prolongées entraînent des millions de cas supplémentaires de violence au foyer, de grossesses non désirées, de mariages d'enfants et de mutilations génitales féminines. « Alors que plusieurs pays sont en confinement et que les systèmes de santé ont du mal à y faire face, les services de santé sexuelle et reproductive sont mis sur la touche et la violence sexiste est en augmentation », a-t-elle regretté.

Plus de: Government of Mauritius

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.