Afrique: BAD - Retour de la croissance en 2021 après une hausse de la pauvreté en Afrique

Assemblées annuelles de la BAD 2019 à Malabo

Selon les prévisions de la Banque africaine de développement (BAD), la croissance du continent devrait se situer à 3%, contre une baisse de 3,3% dans le pire des scénarios pour 2020. Mais de fortes disparités existent, selon les pays.

Près de cinquante millions d'Africains pourraient être plongés dans l'extrême pauvreté en raison de l'épidémie de la Covid-19. Sont concernés en premier, les populations d'Afrique de l'ouest et centrale, selon une dernière étude de la BAD.

Toutefois, l'Afrique devrait connaître un rebond de croissance économique de 3% en 2021.Si un tiers des Africains, soit quatre cent cinquante millions de personnes, vit aujourd'hui sous le seuil de pauvreté (- de 1,90 dollar par jour ), l'impact du coronavirus devrait aggraver la situation, à en croire la BAD dans son dernier rapport sur les perspectives économiques en Afrique. Elle anticipe une importante récession économique avec une perte de 5,6 à 7,3 points par rapport aux prévisions de croissance largement positives avant la crise de Covid-19.

La crise de la Covid-19 et ses effets amplificateurs de la pauvreté

Après l'Océanie, l'Afrique reste le continent le moins touché par la pandémie ( près de 500 000 cas, dont 11 900 morts; Des chiffres néanmois sous-évaluées. La pandémie serait responsable de la crise économique mondiale actuelle. Ce qui pourrait faire perdre à l'Afrique

entre 145,5 milliards et 189,7 milliards de dollars de croissance cette année. Parmi les secteurs les plus touchés, le rapport cite le tourisme, les transports et les loisirs. Ils "tarderont le plus à repartir".

Le secteur du tourisme et des voyages en Afrique avait progressé de 5,6% entre 2017 et 2018, indique la BAD, contre une moyenne internationale de 3,9%. Quatre des cinq plus grandes économique de l'Afrique devraient être les plus touchés par la récession en 2020. Il s'agit de l'Afrique du Sud (-6,3% à -7,5% ), le Nigeria (-4,4% à 7,2%), l'Algérie (-4,4% à -5,4%) et le Maroc (-3,3% à -4,6%).

Une perte d'emplois record en Afrique

L'Afrique va perdre, cette année, entre25 et 30 millions d'emplois. Les régions les plus touchés sont l'Afrique de l'ouest et centrale. Le pays le plus touché par la pauvreté sera le Nigeria - pays le plus peuplé avec 200 millions d'habitants - entre 8,5 et 11,5 millions de Nigérians, d'après la BAD. Abuja dépend de son secteur pétrolier durement touché par la crise économique et la chute des prix de l'or noir. Quatrième pays le plus peuplé d'Afrique (90 millions d'habitants), la RD du Congo pourrait voir tomber dans l'extrême pauvreté 2,7 à 3,4 millions de personnes. Le pays compte déjà 72% d'habitants vivant avec moins de 1,90 dollar par jour. Son économie pâtit de sa dépendance aux exportations de minerais, dont les prix ont chuté sur les marchés mondiaux.

Outre les économies dominées par les matières premières, celles dépendant du secteur touristique - il représente 8,5% du PIB du continent - seront aussi durement touchées, pendant que les économies diversifiées seront plus résilientes. Des puissances économiques moyennes, aux économies relativement diversifiées, devraient rester dans le vert. Ce sera le cas de l'Ethiopie (+3,6% à +2,6%), du Kenya (+1,4% à +0,6%), de la Côte d'Ivoire (+3% à +1,5%) et du Sénégal (+2,8% à +0,1%).

Le syndrome de la dette

La crise de la ovid-19 fait aussi peser un risque accru sur les dettes publiques, souligne la BAD. Pour limiter les conséquences socio-économiques de la crise, nombre de pays africains ont annoncé d'importants plans de relance budgétaire, allant jusqu'à 10% du PIB en Afrique du Sud. Ce qui a pour conséquence : le doublement des déficits budgétaires sur le continent. Il pourrait atteindre 8 à 9% du PIB. La BAD s'inquiète, car la Covid-19 "renforce la probabilité d'une crise généralisée et profonde de la dette souveraine".

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.