Congo-Kinshasa: A qui profite les tensions politiques en RDC ?

13 Juillet 2020

Selon Dieudonne Wa Muhoya Thambwe, les tensions entre le FCC et CACH profitent à Joseph Kabila. Le politologue voit une stratégie du FCC pour le retour de Kabila au pouvoir en 2023.

Le feuilleton à la tête de l'État se poursuit. Après sa brève arrestation il y a 2 semaines, le ministre de la Justice, Célestin Tunda Ya Kasende, a déposé sa démission samedi (11.07). Cadre du FCC pro-Kabila, il occupait également la fonction de vice-Premier ministre.

Cette démission intervient en pleine tourmente autour d'un projet de réforme de la justice controversé qui exacerbe les luttes d'influence au sein de la coalition au pouvoir.

Il y a deux semaines, le président Félix Tshisekedi avait sévèrement reproché à Célestin Tunda Ya Kasende d'avoir transmis à l'Assemblée nationale l'avis du gouvernement sur trois propositions de loi sans consulter personne. La coalition au pouvoir composée du CACH de Félix Tshisekedi et du FCC de l'ancien chef de l'État Joseph Kabila continue donc à vaciller. Au-delà de la réforme de la justice, la désignation du nouveau président de la commission électorale divise les deux camps.

Pour Dieudonne Wa Muhoya Thambwe, politologue et chercheur à l'Université Libre de Bruxelles, le FCC veut ainsi "démontrer qu'après Kabila c'est le pire donc ça serait mieux qu'il revienne au pouvoir".

Et par rapport à cette stratégie du FCC pour le retour de Kabila, quelle sera la marge de manœuvre pour Kabila en 2023 ?

Dieudonne Wa Muhoya Thambwe : La marge de manœuvre de Joseph Kabila dépend d'abord de la manière dont la coalition actuelle avec CACH de Félix Tshisekedi va se maintenir ou pas. Ensuite, cela dépend des résultats ou pas du gouvernement actuel. Si la situation continue à s'enliser ou si elle s'améliore, cela dépendra aussi. Et pour finir cela dépend du contexte international dans lequel on se retrouve.

Qu'est-ce qui explique le mutisme du président. Parce que face à tout cela il ne réagit toujours pas ?

Dieudonne Wa Muhoya Thambwe : Ça démontre qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans l'attelage qui a été mise en place par Tshisekedi et Kabila. Mais tant que ça reste au niveau des acteurs subalternes, disons par rapport au chef de l'État, je peux dire que les incidents sont encore gérables. Mais le jour où il y aura conflit ouvert entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila lui-même en ce moment ça deviendrait inquiétant.

Et les gens se demandent si le président Tshisekedi tient encore ses troupes au sein de son parti.

Dieudonne Wa Muhoya Thambwe : On va voir dans les jours qui suivent. Est-ce qu'il va s'exprimer ou qu'il va prendre des mesures? Il est clair qu'un pays ne peut pas continuer à fonctionner de cette manière-là. On est en période d'état d'urgence. On appelle à des manifestations. Le gouvernement décrète l'interdiction de manifester.....

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.