Burkina Faso: Adama Kanazoe - « J'ai démissionné pour me consacrer à mon parti et me mettre à la disposition de la Justice burkinabè... »

13 Juillet 2020

C'est au cours d'une signature de convention entre le parti Alliance des jeunes pour l'indépendance et la république (AJIR) et le Front des forces sociales (FFS), le 10 juillet 2020, que le président du parti Ajir, précédemment conseiller à la présidence, Adama Kanazoé, s'est prononcé sur sa démission. Une démission qui, selon lui, s'est faite dans le but de se mettre à la disposition de la Justice burkinabè pour une affaire le concernant.

« J'ai démissionné d'une part pour me consacrer à mon parti et d'autre part, pour permettre à la Justice burkinabè de pouvoir travailler sereinement dans le cadre d'une affaire qui me concernerait et pour laquelle je reste en attente des suites judiciaires ».

C'est la réponse donnée par le président du parti AJIR Adama Kanazoé, précédemment conseiller à la présidence du Faso, au cours d'une cérémonie de signature de convention avec le FFS, le 10 juillet dernier.

Selon Adama Kanazoé, la présomption d'innocence étant une réalité, il serait trop précipité de condamner l'un ou l'autre. Toutefois, il a souhaité que la vérité triomphe et quand celle-ci triomphera, beaucoup fléchiront le genou et demanderont pardon au Seigneur pour avoir condamné trop tôt .

En ce qui concerne la convention entre son parti et le FFS, le président Adama Kanazoé a indiqué que c'est une collaboration qui sera concrète en termes d'action, du fait que les deux partis ont essayé plusieurs fois de se rapprocher.

Il a aussi souligné que dans la convention, il est indiqué que dans les zones où le FFS a une certaine prédominance, les forces de l'AJIR vont renforcer la popularité du parti FFS pour qu'à la fin, la coalition puisse avoir les résultats escomptés.

Et vice versa. « C'est une solidarité que nous allons établir dans les différentes zones. Cela veut dire que c'est une attitude très concrète avec pour objectif de pouvoir fusionner ces partis pour constituer une grande entité politique pour mieux servir le peuple burkinabè afin d'apporter des solutions plus adéquates aux préoccupations de ces populations », a-t-il dit.

La position de son parti sur un éventuel report des élections législatives, est qu'ils s'en tiennent aux décisions du cadre de dialogue politique entre la majorité et l'opposition, qui a clairement une position sur le maintien des élections couplées présidentielle et législatives à la date du 22 novembre 2020.

Le président du FFS, Edouard Zabré, a souligné que le sens que son parti donne à cette alliance est qu'elle va permettre à la population de comprendre le sens de l'homme politique. L'homme politique, pour lui, est celui qui agit pour les masses, pour le bien des populations et pour la communauté.

« Le plus important, pour nous, c'est d'unir nos forces, car l'expérience des partis individuels et solitaires qui engendrent des résultats médiocres, nous interpelle tous à la coalition. Nous avons foi que ce regroupement portera des fruits pour l'ensemble de la population burkinabè », a-t-il souligné.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.