Afrique Centrale: Développement en Afrique centrale - 155 milliards pour 13 projets

Ils ont été validés vendredi dernier au cours d'une session du conseil d'administration de la Banque de développement de la sous-région.

Après une session manquée en mars dernier, du fait du Covid-19, le Conseil d'administration de la Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC) a tenu sa première session ordinaire de l'année, le vendredi 10 juillet 2020, en visioconférence. C'était sous la présidence d'Henri-Marie Dondra, ministre des Finances et du Budget de la République centrafricaine, PCA. Parmi les dossiers en examen pour l'occasion, les comptes clos au 31 décembre 2019, le rapport d'activités de l'exercice 2019 ; les dossiers de prêts en faveur des secteurs publics et privés, le Document de stratégie d'intervention pays (DSIP) de la BDEAC en République du Congo, entre autres.

Ainsi, au terme des travaux, le Conseil a approuvé 13 propositions de financement de projets. Montant total, plus de 155 milliards en F en direction de quatre pays (Cameroun, Congo, Gabon et Tchad). Ces financements sont accordés particulièrement en soutien aux Etats dans la lutte contre la Covid-19 mais également en faveur des projets de développement dans les secteurs de la santé, l'eau et l'assainissement, l'agro-industrie, les transports et la finance. « En cette période de crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19, la moitié de ces dossiers concernent le domaine de la santé. Ils visent à accompagner les pays dans la mise en œuvre de leur plan de riposte », peut-on lire dans le communiqué final.

Concernant les activités de la BDEAC, l'examen des comptes clos au 31 décembre 2019 indique des indicateurs clés en hausse. Dans les détails, on parle d'un résultat net bénéficiaire de 15,245 milliards de F contre 11,530 milliards de F à fin 2018, soit une hausse de 32%. Le produit net bancaire a augmenté de 4%, passant de 19,401 milliards de F en 2018 à 20,156 milliards de F en 2019. Quant au total du bilan, il s'établit à 459,879 milliards de F en 2019 contre 428,639 milliards de F à la clôture de l'exercice précédent, soit un accroissement de 7%. Tous ces chiffres, mais aussi le rapport annuel, qui a obtenu un avis favorable du conseil, devront être approuvés au cours de l'Assemblée générale de ce lundi.

Dans un contexte marqué par la poursuite des réformes engagées depuis 2017 en vue d'arrimer la BDEAC aux standards internationaux, la politique environnementale et sociale de la Banque, ainsi que son nouveau règlement financier ont été approuvés. De même que le DSIP de la Banque en faveur du Congo, pays siège de l'institution, pendant les trois prochaines années. Objectif, favoriser une relance de l'économie basée sur un secteur privé dynamique et agressif, susceptible de créer des emplois décents et pérennes.

Le travail de Louis-Paul Motaze, ministre camerounais des Finances et président sortant du Conseil d'administration, a été salué par son successeur, en reconnaissance « pour son estimable contribution à la modernisation du fonctionnement de la Banque et aux bons résultats obtenus par l'Institution tout au long de sa mandature », indique le communiqué.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.