Seychelles: L'arrêt de la pêche pendant six mois, dans une zone des Seychelles, entraîne une croissance de 6 cm des poissons

Une augmentation de la taille et du nombre de poissons capturés dans des nasses a été observée dans une zone autour du port principal de Praslin, la deuxième île la plus peuplée des Seychelles, après une fermeture volontaire de la pêche de six mois.

Le projet, une initiative de la Praslin Fishing Association, a débuté le 1er novembre de l'année dernière et s'est terminé le 1er mai. Son objectif était de conserver une partie de la baie Sainte-Anne en limitant les activités de pêche ayant lieu dans cette zone, en fin de compte en maintenant le stock de poisson et en donnant suffisamment de temps pour le stock de croître.

Darrel Green, le président de l'Association, a déclaré mercredi à la SNA que malgré certains défis - trois pêcheurs n'ont pas adhéré à la fermeture volontaire - le projet a réussi. La communauté de pêcheurs de La Digue, la troisième île la plus peuplée des Seychelles, a considéré la fermeture comme une bonne initiative et souhaite la mettre en œuvre dans une baie de l'île.

M. Green a expliqué qu'avant la fermeture, le poisson lapin et le poisson perroquet - les deux principales espèces ciblées - mesuraient en moyenne entre 22 et 24 centimètres et entre 24 et 26 centimètres respectivement. Les données recueillies à la fin de la période de fermeture montrent que les deux espèces ont augmenté en moyenne de six centimètres.

"Nous avons également vu qu'il y a plus de poissons et c'est l'un de nos succès avec le projet. Cependant, nous avons dû faire face à certains défis car trois pêcheurs ne respectaient pas la décision. Ils ont continué à pêcher dans la région malgré le fait que tout le monde était d'accord de ne pas attraper de poisson dans cette baie particulière ", a-t-il déclaré à la SNA.

Photo : L'objectif du projet était de conserver une partie de la baie Sainte-Anne en limitant les activités de pêche qui se déroulent dans cette zone. (Gerard Larose, Seychelles Tourism Board) Photo License: CC-BY

M. Green a déclaré que les raisons invoquées étaient que l'initiative n'était pas une loi.

"Oui, c'est le cas, même si parfois les gens doivent se rendre compte que nous ne devons pas toujours attendre que le gouvernement mette en place une loi pour réaliser quelque chose. Nous devons être conscients que les ressources dans nos eaux ne sont pas pour un certain groupe de personnes mais plutôt pour tout le monde ", a-t-il expliqué.

Il a ajouté que pour éviter que de tels comportements ne se reproduisent lors de futures fermetures, l'association pourrait demander à la Seychelles Fisheries Authority (SFA) de rendre la fermeture obligatoire. Les fermetures auront lieu à la même période chaque année. Il est actuellement ouvert et fermera à nouveau le 1er novembre et rouvrira le 1er mai.

Le début de la période de fermeture coïncide avec la mousson du sud-est qui commence de mai à septembre, une période où le vent est plus fort, entraînant une mer agitée. M. Green dit qu'avoir une plus grande abondance de poissons dans la baie permet aux pêcheurs de piéger les poissons dans des eaux plus calmes.

"Nous examinons la sécurité des pêcheurs et l'aspect pratique des choses. La majorité de ces pêcheurs utilisent un mini Mahé et il est difficile de sortir en mer à cette période de l'année, et le travail qui doit être fait devient beaucoup plus difficile. Cependant, si un pêcheur peut rester dans la baie pendant la mousson du sud-est, où elle est plus abritée, cela rend la vie plus facile et plus sûre ", a-t-il déclaré.

La pêche est le deuxième contributeur à l'économie des Seychelles, un groupe de 115 îles de l'ouest de l'océan Indien.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.