Tunisie: "Kelmti Horra" en version orchestrale en ligne - Emel Mathlouthi fait appel à 53 artistes de 22 pays

Tunis — La chanteuse Emel Mathlouthi a lancé, lundi, une version orchestrale en ligne de sa célèbre chanson "Kelmti Horra" (Ma Parole est Libre ou My Word is Free) accompagnée de 53 artistes issus de 22 pays dont des chanteurs, des musiciens, des artistes visuels et des acteurs.

En cette période de crise sanitaire et l'évolution de la pandémie dans certaines régions du monde, plusieurs artistes tunisiens ont rejoint Mathlouthi dans cette expérience inédite durant laquelle sont présentées 100 séquences dans un montage vidéo de 8'.33.

"Kelmti Horra" est un tube à succès qui a fait la notoriété de la chanteuse durant les évènements de la révolution de 2011 en Tunisie et lors de la cérémonie du prix Nobel de la Paix, à Oslo (Norvège) décerné au Quartet du dialogue national en décembre 2015. La musique et l'interprétation sont l'oeuvre d'Emel Mathlouthi alors que les paroles sont écrites par Amin el Ghozi, poète et écrivain.

Les paroles de la chanson coïncident avec la recrudescence de la violence et l'oppression dans plusieurs coins du monde. Ce tube traduit une position en faveur des principes de la liberté et de la justice dans le monde. La nouvelle distribution de "Kelmti Horra" tend à créer une image positive de la région arabe et maghrébine souvent perçue comme zones de conflits. Loin d'être des victimes de l'oppression et des guerres, les populations de ces régions sont habitées par le changement et l'espoir en un avenir meilleur.

Methlouthi qui est interprète, auteure, compositrice et productrice, a exprimé sa fierté de voir «tous ces artistes de différents pays et backgrounds culturels et artistiques réunis dans un travail en faveur de la question de la liberté et la justice ». La chanteuse a réuni une pléiade des artistes les plus inspirants dans leurs pays et régions respectifs. Par cette nouvelle version de Kelmti Horra l'artiste basée aux Etats-Unis, adresse « un message à travers la musique, cet art universel qui dépasse les barrières de la langue et de la géographie et de la culture ».

L'orchestre est composé de John Salisbury (Piano), Widad Abdessemed et Luce Goffi (Violon), Anne Berry (Alto), François Poitou (basse), Pierre Makarento (Hautbois), Linda Patel (Flûte), Vivian Angelloz (Basson), Sasha Patel (cor d'harmonie), Grégoire Henry (Trompette), Dora Vlad (Harpe), Issa HASSAN (Bouzouki), Harvey Wirth (Cajon), Johan Safadi (Guitare) et Nadine Al Khalidi (Mandole).

Un tableau chorégraphique est interprété par le danseur Ahmed Jouda (Syrie-Pays-Bas) qui accompagne certaines séquences.

De Tunisie ont participé Abir Nasraoui, Ghalia Benali, Nour Ben Chikh Larbi et Nour Harkati (chant), Dhafer Elabidine (acteur), Dora Zarouk, Hend sabry et Maram Ben Aziza (actrices) en plus de deux artistes visuels, El Seed et Huda Ajili. Parmi les acteurs, il y avait également Ahmed Zitoun (Algérie) et Pamela Elkik (Liban).

Du reste du monde, une pléiade de chanteurs et chanteuses ont pris part à ce concert, à savoir Jahida Wehbe, Firas Abou Fakher, Hamed Sinno et Tania Saleh (Liban), Faia Younan et Chachar Zarkan (Syrie), Omar Kamal et Rasha Nahas (Palestine), Ayo (nigeria), Daby Touré (Mauritanie), Eliasse et Nawal (Comores), Flavia Coelho (Brésil), Hana Malhas (Jordanie), Code rouge (Maroc, Belgique), Razia Said (Madagascar), Said Helaf (Djibouti), Sussan Deyhim (Iran) et Nadin al Khalidi (Irak, Egypte, Suède).

Les musiciens participants sont Atef Malhas (Jordanie), Cheikh Tidiane Seck (Mali), Harvey Wirth (Suriname), Issa Hassan (Kurdistan, Liban, France), Jowan Safadi (Palestine), Justin Salisbury (Usa, New York), Sharaf al Gaedi (Yémen) et Yazan Al Rouan (Jordanie).

Ce mini concert en ligne est un message de paix et de solidarité envers l'autre afin de briser ce sentiment de malaise et de solitude à cause de la Covid-19. La chanteuse actuellment aux Etats-Unis avait commencé à donner des concerts live sur facebook depuis le début de la période du confinement alors qu'elle se trouvait à Tunis.

Tous les habitants de la planète (sauf pour des pays comme la Suède et le Japon) ont été contraints à l'isolement et à la solitude en ces temps de pandémie et ses répercussions économiques et sociales. Les artistes du monde entier sont parmi les plus affectés par les suspensions et les multiples annulations de leurs activités artistiques.

FATY

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.