Congo-Kinshasa: Sud-Kivu - Les éléments Maï-Maï Raia Mutomboki violent 9 femmes à Shabunda

Territoire le plus enclavé du Sud-Kivu suite au manque d'infrastructures routières, Shabunda reste parmi les territoires les plus touchés par les guerres et incursions récurrentes à cause d'un grand nombre de groupes armés permanents dans ce coin.

Cette situation d'insécurité persistante est à l'origine de plusieurs violations de droits humains dont est victime la communauté locale, comme les meurtres, assassinats, le recrutement des enfants dans les forces et groupes armés, les arrestations arbitraires, les viols et violences sexuelles,...

Le 8 juillet dernier, 9 femmes ont été violées par les éléments du groupe Maï-maï Raia Mutomboki, dans le groupement de Batali.

Ces éléments se sont introduits dans les ménages des habitants, et après ces actes, ils ont pillé tous les biens de valeur trouvés dans ces maisons, renseignent nos sources.

Le même jour, les éléments du même groupe ont attaqué 10 motos dans les villages de Maimoya et Nyombe dans le même territoire.

La Société civile territoriale, par le biais de son vice-président Issa Kilunga, a pour sa part dénoncé ces actes inhumains et appelé les autorités à prendre leurs responsabilités pour la sécurisation des personnes et de leurs biens, mais aussi plaidé pour le déploiement des éléments de l'ordre dans le coin.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.