Maroc: La province de Jerada se dote d'un marché moderne de bestiaux

Les demandes des éleveurs exaucées à l'approche de l'Aïd Al Adha

Le secrétaire général du ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohamed Sadiki, a présidé, dimanche à la commune d'Aïn Béni Mathar dans la province de Jerada, la cérémonie d'ouverture d'un marché pilote de bestiaux.

Répondant aux mesures sanitaires et de prévention décrétées par les autorités compétentes en ces temps de coronavirus (Covid-19), ce marché pilote, le deuxième au niveau national après celui d'Azrou, a été ouvert aux éleveurs en présence notamment du gouverneur de la province de Jerada, Mabrouk Tabet, d'élus et d'autres personnalités.

Etalée sur une superficie de 2,54 hectares, cette structure, aménagée dans le cadre d'un partenariat entre le ministère de l'Agriculture, la Confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural (Comader) et les autorités locales, comprend notamment quelque 168 box pour bovins, ovins et caprins avec une capacité globale de 12.000 têtes d'ovins et caprins, et pouvant accueillir jusqu'à 1600 visiteurs.

L'ouverture de ce marché pilote à l'approche de l'Aid Al Adha est de nature à répondre aux attentes des éleveurs qui ont été fortement affectés par la pandémie du coronavirus, en ce sens qu'ils ne disposaient pas de lieux pour la vente du bétail dans de bonnes conditions.

Mohamed Sadiki a souligné à cette occasion que le ministère de la l'Agriculture, en coopération avec le ministère de l'Intérieur, s'est attelé à l'ouverture de ces deux marchés pilotes en cette période de pandémie afin de maintenir l'activité d'élevage eu égard à son extrême importance pour les éleveurs et pour l'emploi, en sus de sa contribution à l'économie nationale et à la sécurité alimentaire.

Ces marchés sont qualifiés de pilotes dans la mesure où ils permettent le respect des normes sanitaires et de prévention et se distinguent par l'amélioration de la qualité des équipements mis en place pour réunir les conditions de confort tant pour les éleveurs que pour leur bétail, a-t-il poursuivi dans une déclaration à la presse, émettant le souhait que cette expérience soit généralisée au niveau d'autres régions et communes du Royaume.

Mohamed Sadiki a tenu à préciser que cette initiative s'inscrit dans le cadre des mesures prises suite à cette situation exceptionnelle liée au Covid-19, mais aussi dans le sillage de la mise en application de la stratégie "Génération Green 2020-2030", lancée par S.M le Roi Mohammed VI en février dernier, relevant que la commercialisation et la structuration des marchés de gros et des souks traditionnels constituent un pilier important dans cette nouvelle stratégie ambitieuse.

De son côté, le premier vice-président de la Confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural (Comader), Rachid Benali, a indiqué que ce marché pilote se caractérise par sa grande capacité (12.000 à 15.000 têtes de bétail le jour du souk), notant dans ce sens que l'élevage est une activité très répandue dans la province de Jerada qui compte quelque 524.000 têtes de caprins et d'ovins. Et d'ajouter que ce marché servira de modèle pour les autres souks de la région afin d'offrir aux éleveurs des structures et des lieux de vente qui répondent à toutes les normes sanitaires et de prévention, faisant savoir que le prochain marché pilote de bestiaux sera ouvert à Berrechid ou Taroudant.

Le nouveau marché se caractérise par des installations qui permettent une évolution des souks de bétail hebdomadaires vers des marchés à bestiaux modernes, aménagés et dotés d'équipements à même de valoriser au mieux le potentiel génétique du bétail et créer une véritable bourse des prix.

La Comader avait expliqué dans un communiqué que les marchés à bestiaux pilotes sont clôturés dans une zone électrifiée, proche d'une adduction d'eau potable, encadrés par des aires de circulation visiblement tracées et dotés de box individuels où chaque éleveur met à la vente ses animaux (bovins, ovins, caprins).

Ils disposent également de blocs sanitaires à l'entrée et à la sortie des souks avec installation de points d'eau, ainsi que d'un pont bascule pour la pesée des animaux et permettent l'accès aux souks seulement aux animaux identifiés (portant des boucles).

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.