Mali: Les leaders de la contestation libérés

Après une fin de semaine marquée par des troubles violents à Bamako, les leaders de l'opposition au président malien IBK arrêtés ces derniers jours ont été libérés ce lundi 13 juillet. La situation est cependant restée tendue dans la capitale.

« Mes clients, Choguel Maïga, Kaou Djim et tous les autres ont été libérés », a annoncé l'un de leurs avocats, Me Alifa Habib Koné. L'information a été confirmée par l'un de ses confrères. Les autorités maliennes tentent donc peut-être de décrisper la situation.

Car si la pluie qui s'est abattue sur une partie de la capitale a calmé pendant un temps les esprits, la journée a encore été tendue ce lundi à Bamako. Plusieurs banques sont restées fermées par mesure de précaution, l'administration a tourné au ralenti.

L'épicentre de ces tensions est resté le quartier de Badalabougou, où se trouve la mosquée de l'imam Dicko, le chef de file de l'opposition. Pensant que les forces de l'ordre venaient procéder à des interpellations, de nombreux jeunes y ont dressé des barricades et brûlé des pneus.

Les forces de l'ordre ont quant à elles fait usage de gaz lacrymogènes. Ce soir, celles-ci s'employaient à reprendre le contrôle du quartier en dégageant les routes des barricades et des pneus brûlés.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.