Madagascar: Ambohipo - Manif pour la libération de Berija

La trêve du COVID-19 risque d'être bafouée. Hier, un groupe de jeunes a manifesté à Ambohipo, au niveau des trois chemins pour réclamer la libération de l'ancien leader des mouvements des étudiants, Berija Ravelomanantsoa. » Libérez Berija ! Il n'est pas un voleur et n'a détourné aucun denier public « . C'est ce que l'on pouvait lire sur la banderole.

Ces manifestants composés d'étudiants et de quelques commerçants se disent être des membres de la Solidarité des Leaders Universitaires de Madagascar (SOLUMA). Une association fondée en 2016 par Berija Ravelomanantsoa et dont il est le président d'honneur jusqu'à aujourd'hui. Des éléments des Forces de l'ordre sont intervenus pour disperser les manifestants et enlever les barricades et les pneus que ces jeunes ont brûlés au milieu de la route pour bloquer la circulation. D'après les informations, cette intervention s'est soldée par l'arrestation de trois manifestants. Pour ce qui est d'Antananarivo, il s'agit de la première manifestation de ce genre depuis le début du confinement. Les leaders du mouvement affirment d'ailleurs qu'il s'agit d'un début car d'autres manifestations de rue vont s'en suivre dans les jours à venir.

Homme de main. Bon nombre d'observateurs soupçonnent des manœuvres et manipulations politiques derrière ce qui s'est passé à Ambohipo hier. Connu et reconnu comme étant l'homme de main d'un des barons du HVM qui est actuellement incarcéré à Tsiafahy, Berija Ravelomanantsoa est actuellement sous mandat de dépôt à Antanimora pour ses publications sur les réseaux sociaux considérées comme des manœuvres de déstabilisation. Atteinte à la sûreté de l'Etat et campagne de dénigrement contre le régime. Ce sont entre autres les chefs d'inculpation qui pèsent sur lui. La mère de cet ancien leader du mouvement des étudiants a déjà demandé la clémence du président Andry Rajoelina. Ce genre de manifestation de rue pour réclamer la libération d'un prisonnier risque toutefois d'aggraver la situation. D'autant plus qu'elle survient en plein état d'urgence sanitaire où tout attroupement sur la voie publique est interdit.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.