Cote d'Ivoire: COVID-1/L'évêque Yves Boni - "Tant qu'on n' a pas résolu la question de la surpopulation, c'est peine perdue"

L'évêque Yves Boni, guide national du mouvement Raelien de Côte d'Ivoire a animé une conférence de presse le samedi 11 juillet 2020 au centre d'information du mouvement à Angré dans la commune de Cocody à l'occasion de la journée mondiale de la population.

L'évêque Yves Boni s'est prononcé sur le thème: " Covid et surpopulation". Pour le guide spirituel, la pandémie à coronavirus est l'une des conséquences de la surpopulation de la planète. Cette surpopulation à en croire le guide religieux à connu son pic dans ce dernier siècle.

"Entre 1900 et 2000, la population mondiale est passée d'un milliard pour atteindre le seuil de 7 voire 8 milliard. Cette évolution exponentielle est la source principale des problèmes que connaît l'humanité entre autres la pandémie à coronavirus".

De son avis, il n'y aura pas de solution durable aux pandémies s'il n'y a pas une politique de réduction de la population. "Tant qu'on n' a pas résolu la question de la surpopulation, c'est peine perdue ».

Il a plaidé pour une limitation des naissances. "On ne fait pas de bébé pour se faire plaisir. On fait des bébés pour pérenniser l'espèce.

Notre objectif, c'est de faire en sorte que le nombre de décès soit supérieur au nombre des naissances, parce que les gens ont conscience que faire trop d'enfants devient un problème".

Yves Boni, citant les propos du guide du suprême international du mouvement, a condamné le pape et d'autres guides religieux qui font la promotion de l'accroissement des natalités.

"L'humanité devrait être réduite de 50%, ce qui représenterait encore plus de 3,5 milliards d'êtres humains, puis maintenue à ce niveau", puis d'ajouter: " Ces pseudo chefs religieux devraient être jugés pour crime contre l'humanité".

Pour le cas spécifique de la Côte d'Ivoire, Yves Boni a dénoncé l'absence de volonté des pouvoirs publics d'engager une politique de réduction du taux de natalité.

"Malheureusement, il n'y pas de mesures rigoureuses, des décisions fermes avec des mesures d'accompagnement permettant aux populations surtout les jeunes populations, d'avoir une nouvelle mentalité sur la question des natalités puisque les mécanismes mis en place aujourd'hui continuent d'encourager les individus à faire des enfants.

Quand vous travaillez et que vous n'avez pas d'enfant, l'État vous impose beaucoup d'impôts comparé à un travailleur qui a beaucoup d'enfants.

Sans le dire, ces mesures incitent les populations à faire beaucoup d'enfants. Nos gouvernants n'ont pas encore pu prendre des mesures qui vont faire prendre conscience que quand tu fais beaucoup d'enfants, tu donnes plus de travail à l'État. Normalement, c'est celui qui fait plus d'enfants qui doit payer plus d'impôts puisqu'il coûte cher à l'État".

Dans la perspective de l'élection présidentielle de 2020, le guide national Raelien s'est dit prêt à apporter son soutien au candidat qui proposera dans son projet de société une politique claire de réduction des natalités.

"Nous apporterons notre soutien au parti politique qui abordera dans son projet de gouvernement un plan de limitation des naissances qui pourrait permettre à la Côte d'Ivoire de stabiliser puis de réduire sa population de moitié à l'horizon 2035".

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.