Cote d'Ivoire: Lutte contre les effets de la COVID-19 - Les entreprises se meurent

Les entreprises continuent de broyer du noir face aux effets liés aux mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la progression de la pandémie à coronavirus en Côte d'Ivoire. Une étude conjointement menée par le PNUD et l'INS révèle, entre autres dans le secteur moderne formel, que l'activité économique annuelle a baissé de 26,2% par rapport en 2019 ; 23 000 emplois ont été détruits au cours du mois d'avril avec une projection de 131 000 pertes d'emplois à fin décembre 2020. L'isolement d'Abidjan a beaucoup impacté la performance des entreprises.

Dans le secteur informel, il ressort du rapport de l'étude que la quasi-totalité (94%) des chefs d'unités de production déclare être affectée par la crise sanitaire mondiale Covid-19. Le rapport indique également que la crise est perceptible à travers la baisse de la fréquentation de la clientèle (50%), la baisse ou l'annulation des commandes (44%), l'obligation de fermeture de certaines entreprises imposée par les décisions du gouvernement (18%).

Comparativement au mois de février 2020 qui est le dernier mois avant l'application des mesures, le chiffre d'affaires des unités de production informelles a baissé de 79% tandis que le bénéfice baisse de 84%. Il y a une forte pression sur la trésorerie des chefs d'unités de production informelles.

Pour préserver l'outil de production et l'emploi, le gouvernement a adopté, au plan économique, une stratégie de riposte à travers la mise en place d'un fonds de soutien au secteur privé. Le gouvernement a décidé du renforcement du soutien aux PME, d'appuyer les entreprises du secteur informel. Soit un soutien aux principales filières de l'économie nationale ; le tout, pour un montant de 650 milliards de FCFA.

L'initiative est belle et louable. Cependant, la réalité est tout autre. Les fonds existent bel et bien mais les critères d'accès ont fait que la phase transitoire a connu un échec cuisant. Dans la mesure où les opérateurs économiques concernés n'arrivaient pas à réunir les conditions pour y avoir accès. Nombreux sont ceux qui ont donné de la voix pour relever que les critères n'étaient pas adaptés pour permettre aux opérateurs d'entrer en possession de moyens financiers pour faire face à la situation.

Les entreprises continuent de fermer en cascade et de nombreuses personnes continuent de perdre leurs emplois sous le regard impuissant du gouvernement qui n'a toujours pas trouvé la formule pour accompagner effectivement les entreprises. Espérons que la phase grandeur nature de cette opération démarre le plus tôt possible avec des critères assouplis afin de mettre fin à la souffrance des opérateurs économiques.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.