Congo-Kinshasa: Marche pacifique anti Malonda - Bemba remercie les Kinois et la Police !

*Ce lundi 13 juillet 2020, de milliers de militants et cadres membres de la plateforme politique LAMUKA ainsi que plusieurs organisations de la société civile ont pris d'assaut les rues de la capitale congolaise et celles d'autres provinces de la RDC. Ils manifestaient principalement contre toute désignation et entérinement de nouveaux animateurs de la CENI, sans réformes préalables et sans les audits financier et opérationnel de la Centrale électorale. A Kinshasa, la marche a été menée par le président du Mouvement de Libération du Congo (MLC) et membre du présidium de Lamuka, Jean-Pierre Bemba Gombo, accompagné notamment, de sa famille. Imposant et charismatique, l'ancien Vice-président de la RD. Congo a signé un retour politique fracassant au milieu d'un peuple soucieux du respect de la Constitution et de la mise en place véritable d'un Etat de droit.

Comme rappelé dans le dernier communiqué de Lamuka signé par tous ses leaders, la marche de ce jour avait également pour objectif de s'opposer à « la désignation, à la tête de la CENI, d'un agent du FCC, ayant contribué à tous les hold-up électoraux depuis 2006», mais aussi aux trois propositions de lois Minaku-Sakata sur la réformes judiciaire en RDC.

Quelques jours plus tôt, une autre marche organisée par le parti présidentiel avait également eu lieu sur l'ensemble du territoire national.

Sous une pluie battante et défiant l'interdiction des autorités du pays à toute manifestation publique, les manifestants fortement mobilisés sont partis de la place Pascal à la Tshangu, scandant des chants comme pour se dresser contre la personne de Ronsard Malonda à la tête de la CENI.

«Objectif atteint»

Malgré les cas de brutalité signalés dans certaines provinces où les forces de l'ordre se sont fortement interposées pour empêcher la tenue des marches, le président du MLC n'a pas caché son satisfecit à la fin de la manifestation. "L'objectif est atteint en termes de mobilisation, il reste à savoir si les autorités qui veulent imposer les animateurs de la CENI vont prêter oreille au message leur envoyé par la population", a laissé entendre Jean-Pierre Bemba.

Il souligne, par ailleurs, que le choix du président comme de tous les autres membres de la Centrale électorale revient à la Société civile. Et, puisque ce choix aura un impact sur la population qui, à son tour, ira se choisir ses dirigeants, il ne faudra donc pas que les résultats des prochaines élections subissent de nouveau des cas de fraude.

La tête de la CENI doit, selon le président du MLC, revenir à une personne éprise de paix et d'honnêteté, mais aussi dotée d'une intelligence requise.

Aussi, le seul leader de Lamuka présent dans la capitale a adressé ses remerciements à la population mobilisée ce jour. « Un grand merci pour votre mobilisation. Unis et déterminés, nous ferons basculer les décisions pernicieuses et arbitraires à l'encontre de la volonté du peuple. Merci également à la police d'avoir encadré les manifestants tout au long de la marche », a-t-il lâché sur son compte Twitter.

Mobilisation réussie ?

Les barrières érigées par la Police tout autour du Palais du peuple, le long du Boulevard Lumumba et environs de la place Victoire n'ont pas empêché une mobilisation comme on l'a rarement vu dans la capitale congolaise. Repliés du côté de Tshangu, des milliers de manifestants portés par Bemba ont suffisamment fait entendre le son de leur voix à l'opinion tant nationale qu'internationale.

«Mobilisation réussie ! Sans violence ni brutalité, la vraie majorité a parlé ! Grand merci à ce peuple vaillant qui crie, NON aux mensonges, NON aux filouteries, NON aux tricheries des FCC qui, dans leur nostalgie de restauration de la dictature, trouveront désormais à qui parler !», a déclaré Olivier Kamitatu, Directeur de cabinet et porte-parole de Moïse Katumbi qui, lui, n'a finalement pas marché dans la province du Haut-Katanga où il se trouve actuellement.

A Lubumbashi, Katumbi fléchit

Alors que la population Lushoise attendait un mot d'ordre de sa part, Moïse Katumbi a fléchi face aux pressions subi notamment, de la part de la fondation Katangaise du «Grand Katanga», lui demandant au cours d'une réunion organisée tard dans la soirée du 12 juillet dernier, d'annuler la marche dans cette partie du pays fondant leurs argumentaires sur la crainte des dégâts matériels qui pourraient être causés dans la ville, mais aussi le respect de l'ordonnance présidentielle décrétant l'état d'urgence sanitaire. Malgré tout, une frange de la population a tout de même marché à Kasumbalesa.

Toutefois, les manifestations anti Malonda ont eu lieu le lundi 13 juillet dans plusieurs autres villes de la République notamment, à Goma et Bukavu dans le Nord et Sud-Kivu, Tshikapa dans le Kasaï, Mbuji-Mayi au Kasaï Oriental, Mbandaka. Une cinquantaine des manifestants a été interpellée par la police nationale congolaise dans la ville de Goma dans le Nord-Kivu.

Plus de peur que de mal...

Selon la radio onusienne, les éléments de la police ont étouffé la marche de la plateforme LAMUKA et du RCD/ KML à Beni au Nord-Kivu, pour protester contre l'entérinement par l'Assemblée nationale de la candidature de Ronsard Malonda à la tête de la CENI.

Dans la capitale congolaise, la police s'est interposée pour limiter cette manifestation au niveau de l'Echangeur de Limete. Les manifestants qui avaient quitté la place Pascal à la Tshangu ont été stoppés à l'entrée de la commune de Limete.

Sur place, des bombes à gaz lacrymogène au milieu d'un important dispositif sécuritaire, a stoppé la progression.

Dans ce chambardement, Jean-Pierre Bemba Bemba et son cortège avec quelques militants se sont extrait pour rejoindre Gombe et lui permettre de regagner sa résidence.

Selon lui, le sens de la marche d'hier était la protestation de la population. "De manière pacifique, nous disons non à la désignation frauduleuse, non consensuelle et non transparente des animateurs de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Je remercie la population. Je pense que le bilan est positif. Je n'ai pas entendu parler des blessés, des morts et des pillages, je me réjouis et je remercie la population", a précisé Bemba, soulignant que cet acte est le début d'une série de manifestation pour imposer la volonté du peuple.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.