Cote d'Ivoire: Le vice-président démissionne

A quatre mois de la présidentielle, le vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan, 77 ans, a quitté son poste pour « des raisons de convenance personnelle ».

L'annonce a été faite le 13 juillet par le secrétaire général de la présidence Patrick Achi. Un nouveau coup dur au sommet de l'Etat, après le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, survenu le 8 juillet.

« Le vice-président Daniel Kablan Duncan a remis au président de la République sa démission (... ) pour des raisons de convenance personnelle le 27 février (... ). Après plusieurs entretiens dont le dernier a eu le 7 juillet, le président Alassane Ouattara a pris acte et procédé le 8 juillet à la signature d'un décret mettant fin aux fonctions de M. Kablan Duncan », affirme un communiqué lu par Patrick Achi, sans plus de détails. Selon le texte, « Le président de la République voudrait rendre hommage à un grand serviteur de l'Etat, un homme de pouvoir et d'engagement ».

Mais un proche des cercles du pouvoir affirme que Kablan Duncan a démissionné par « vengeance » à la suite d'une série de vexations et d'humiliations, notamment après avoir été proposé au poste, jugé secondaire, de président du Conseil économique et sociale (CESEC) au mois de janvier dernier.

Même si les rumeurs de démission du vice-président circulaient depuis plusieurs jours, elle relève de la surprise. Jusqu'à récemment, Daniel Kablan Duncan était considéré comme un proche du président Ouattara même s'il appartenait au Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), formation ancienne alliée de Ouattara passée dans l'opposition en 2018. Très effacé sur le terrain depuis son accession à la vice-présidence, rien n'indiquait publiquement que ce grand commis de l'État se trouvait en désaccord avec Alassane Ouattara.

Poids lourds du pouvoir, ce proche d'Alassane Ouattara a occupé successivement, les postes de des Affaires étrangères (2011-2012) puis de Premier ministre avec le portefeuille de l'Economie et des finances de 2012 à 2017 avant de devenir le premier vice-président de l'histoire de la Côte d'Ivoire en janvier 2017, poste créé avec la nouvelle Constitution de 2016.

La démission de Daniel Kablan Duncan survient alors que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly est décédé brusquement d'une crise cardiaque le 8 juillet quelques jours après être revenu de France après deux mois de convalescence. L'absence du vice-président à l'aéroport lors du retour du Premier ministre avait été remarquée.

Le décès du Premier ministre, qui avait été désigné par Alassane Ouattara candidat de son parti à la présidentielle d'octobre, a complètement changé la donne politique, le parti au pouvoir devant désormais trouver un autre candidat. Beaucoup estiment que le président Ouattara qui avait annoncé en mars qu'il ne briguerait pas un troisième mandat, pourrait finalement être candidat. En face, l'ancien président Henri Konan Bédié qui représentera le PDCI à cette élection qui s'annonce tendue.

La démission du vice-président survient donc au pire moment pour la présidence qui parait isolée et affaiblie, avec un nouveau siège vacant au sommet de l'Etat. La nomination d'un nouveau Premier ministre et d'un nouveau vice-président devrait avoir lieu après l'enterrement d'Amadon Gon Coulibaly, prévu vendredi dans la ville de Korhogo.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.