Sénégal: Gouvernance - L'IGE épingle les ministères de l'environnement, de l'urbanisme et des finances

14 Juillet 2020

L'Inspection générale d'Etat (IGE) a procédé à une séance de rattrapage en remettant hier, lundi 13 juillet, trois rapports au Président de la République, Macky Sall. Il s'agit des rapports 2016, 2017 et 2018-2019

Dans le 1er rapport 2016, l'organe de contrôle montre des manquements dans la gouvernance financière et économique de l'Administration centrale. Des manquements qui sont relatifs à l'exécution des marchés publics, à la tenue de la comptabilité des matières et à la gestion de certains fonds.

Ces manquements concernent principalement les ministères de l'Environnement et de l'Economie et des Finances.

«Il a été constaté dans certaines structures de l'Administration centrale que des commissions de marchés de certains ministères bien que régulièrement constituées connaissent de nouvelles compositions au gré des changements.

Par exemple, rien que pour l'année 2012, il a été noté la mise en place de 3 commissions différentes au ministère chargé de l'Environnement, composé à chaque fois de membres différents.

S'il est vrai que la dénomination du ministère a changé à chaque fois, il faut cependant souligner que le personnel administratif et particulièrement les agents choisis restent des employés permanents du ministère», soulignent les camarades de François Colin.

Aussi, relève le document : «Concernant un autre département ministériel, au courant de la gestion 2014, le ministre en fonction a nommé par arrêté, les membres de la Cellule de passation des marchés, qui ont officié en lieu et place de la commission des marchés publics.»

ABSENCE DE CONTRATS ENREGISTRÉS AUX IMPÔTS ET DOMAINES

Dans le cadre de l'exécution des marchés publics et des demandes de renseignements et des prix, «il a été constaté pour la gestion 2012, l'absence de contrats dûment enregistrés par les services des Impôts et domaines, au niveau d'une direction du ministère chargé de l'Urbanisme.

Ce défaut de contrat écrit permet aux prestataires de se soustraire au paiement des droits d'enregistrement et de timbre, en violation des dispositions du Code général des Impôts».

L'organe de contrôle, souligne aussi le manque de vigilance dans le traitement de ces dossiers du ministère de l'Economie, des Finances et du Plan. «Malgré de tels manquements, ont procédé au règlement des dépenses relatives à ces rubriques budgétaires.»

Dans le rapport 2017, l'IGE dit avoir relevé des dysfonctionnements dans la mise en œuvre du PGDSU et du PRCA.

Dans le rapport 2018- 2019, elle souligne des errements dans l'acquisition et l'utilisation des véhicules administratifs et demande par la même occasion l'impératif d'une révision du cadre réglementaire.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.