Soudan: Le ministre de l'irrigation annonce la conclusion des négociations en cours sur le barrage Renaissance

Khartoum — Le Ministre de l'Irrigation et des Ressources Hydrauliques, professeur Yasser Abbas, a annoncé la conclusion de la tournée de négociations en cours entre le Soudan, l'Éthiopie et l'Égypte sur le barrage de Renaissance, qui a commencé le 3 juillet sous la supervision de l'Union africaine et la participation d'observateurs internationaux.

Le Ministre de l'Irrigation a dit devant une conférence de presse au Forum de la SUNA lundi soir que le rapport final de cette tournée sera soumis à l'Union africaine mardi, indiquant que, conformément aux instructions de l'Union africaine, un mini-sommet se tiendra après une semaine de soumission du rapport pour commencer le prochain pas.

Le professeur Yasser Abbas a abordé la carte des négociations et les réunions tenues durant la tournée en cours, faisant allusion au début de cette tournée le 3 juillet en cours et se poursuivant jusqu'à aujourd'hui, lundi soir, déclarant que la carte comprend neuf tournées de négociations majeures et six tournées de négociation dans les pistes techniques et juridiques.

Il a ajouté que trois tournées de réunions ont eu lieu séparément entre les observateurs et les délégations des trois pays, en faisant allusion au grand sérieux indiqué par les délégations des trois pays pour parvenir à un accord sur les points en suspens.

Il a souligné quatre ou cinq points en suspens dans la piste technique, en plus de trois points principaux en suspens sur le côté juridique, et d'autres points qu'il a qualifié de petits sur le côté juridique.

Il a dit que les principaux points en suspens sur le côté technique sont le volume du changement quotidien des débits du barrage de renaissance qui entrent dans le barrage de Rusaires, soulignant la nécessité d'un changement limité dans les débits quotidiens pour l'opération sûre du barrage de Rusaires, en faisant allusion aux propositions ayant présenté dans cet aspect avec un rapprochement limité puisque le Soudan s'est mis d'accord sur 250 mètres cubes, et l'Éthiopie sur 350 mètres cubes pour le volume des flux.

Il a indiqué que les points en suspens de la piste technique comprennent la définition de la courbe de l'opération continue du barrage de renaissance, qui est nécessaire pour la future planification du barrage de Rusaires, en faisant allusion au rapprochement limité sur ce point.

Il a ajouté: " l'un des autres points en suspens est le remplissage du barrage de renaissance dans les périodes des sécheresses au futur, en plus d'un autre point concernant les flux pendant les années de sécheresse prolongée."

Le Ministre de l'Irrigation a souligné que les points en suspens dans les aspects juridiques sont l' ampleur de l'obligation de l'accord et s'il s'agit du partage de l'eau en plus du mécanisme de règlement des disputes, en faisant allusion aux plusieurs propositions concordantes équilibrées présentées par le Soudan, indiquant que la situation géographique du Soudan le qualifie de présenter ces propositions consensuelles, soulignant que le Soudan est une partie originale dans les négociations du barrage de renaissance.

Il a conclu que le rapport final sera soumis demain mardi, qui comprend la position du Soudan, et un scénario proposé pour un accord qui est basé sur l'accord du Soudan conclu le 14 juin, avec les modifications apportées jusqu'à présent à y être ajoutés.

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.