Congo-Kinshasa: Protection des civils - La Société civile de Mamove reconnaît les efforts continus de la MONUSCO et des FARDC

communiqué de presse

Une délégation des Affaires civiles de la MONUSCO, conduite par le Coordonnateur adjoint de la Section, Merault Ahouangansi s'est rendue le 9 juillet dernier à Mamove, 57 km au nord de Beni, dans le Nord-Kivu. Là, en collaboration avec les autorités locales, un atelier a été organisé pour renforcer les capacités des principaux acteurs locaux de protection.

Au moins 28 personnes, dont 5 femmes, ont participé à cette activité ; notamment les autorités locales, les membres du Comité local de protection (CLP), mais aussi ceux de la Société-civile.

Cette activité visait surtout à contribuer au renforcement des outils de protection communautaire, des mécanismes d'alerte précoce et de protection, pour amener les populations à prévenir et répondre aux menaces de protection.

L'occasion a permis aussi à la délégation d'informer les participants sur la nouvelle stratégie de «protection par projection» mise en place par la Force MONUSCO et qui consiste à avoir de moins en moins de bases fixes sur le terrain, mais plus de bases temporaires pour faire face à des situations du moment.

Il a été aussi question de la possible fermeture et relocalisation prochaine de la base de Mamove vers une zone moins calme pour venir en appui aux FARDC et aux efforts en cours pour éradiquer les groupes négatifs.

Les participants, de leur côté, ont reconnu à l'unanimité l'amélioration de la situation sécuritaire grâce à la présence de la MONUSCO et des FARDC dans la zone. Cela s'est traduit, disent-ils, par un retour progressif de la population dans la localité, même s'ils reconnaissent qu'il y a encore la présence des ADF et des groupes Maï-Maï dans la région.

Les représentants de la société civile ont tenu a souligner que, depuis le déploiement de la base MONUSCO, un certain calme est observé dans la localité. C'est pourquoi ils ont remercié «les FARDC, la MONUSCO pour les efforts continus visant à améliorer la protection des civils dans la région».

À l'issue de cet atelier, plusieurs recommandations ont été faites. Les participants ont plaidé pour le renforcement du signal des réseaux de communication dans la région. Cela aidera, disent-ils, à améliorer le système d'alerte mis souvent à mal à cause de la mauvaise qualité du réseau.

Les femmes ont demandé, pour leur part, l'extension des patrouilles dans les zones agricoles pour leur permettre de se rendre aux champs en toute sécurité et éviter les violences sexuelles dont elles sont souvent victimes. Elles ont également plaidé pour l'implantation d'un centre de santé pour la prise en charge sanitaire de leurs familles. La délégation a promis de remonter toutes ces doléances au leadership pour des réponses si nécessaire.

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.