Cameroun: Electricité - Les factures de la discorde

L'entreprise distributrice de l'énergie électrique est revenue sur sa décision de procéder par estimation des consommations, après une série de plaintes, et des rappels à l'ordre.

Il y a quelques jours, Gaston Eloundou Essomba, ministre de l'Eau et de l'Energie, après examen des plaintes des abonnés à l'électricité et enquête sur le terrain, a littéralement sommé Eneo, le distributeur de l'électricité basse tension au Cameroun, de mettre fin sans délai à l'estimation de la consommation de ses clients. Le traitement au cas par cas des réclamations des clients, la reprise sans délai de la relève des index des compteurs et l'établissement des factures correctives pour les clients dont la facturation est avérée mauvaise font également partie des prescriptions faites par le Minee dans sa correspondance du 1er juillet dernier. Et la réponse ne s'est pas trop fait attendre.

En effet, le 12 juillet dernier, c'est par une note d'information qu'Eneo apprenait ses abonnés de ce qu'elle allait recommencer la relève systématique en vue de la production des factures mensuelles. « Eneo annonce qu'elle met en route ses premières mesures en réponse à vos préoccupations remontées au sujet de l'estimation des factures mensuelles de consommations électriques », peut-on lire dans cette note signée de la direction générale.

C'est que depuis le mois de mai 2020, l'entreprise avait pris l'option, dans les deux principales villes du pays (Yaoundé et Douala), de réduire la fréquence de passage des agents de relève des index de consommation chez les abonnés. Préférant alors que cet élément, indispensable pour la production de la facture, soit relevé tous les deux ou trois mois. Seulement, cette technique n'a pas été du goût de nombre d'abonnés, ces derniers ayant d'ailleurs dénoncé via divers canaux cette décision « parce que les factures n'allaient plus être établies sur la base de la consommation réelle mais d'une estimation au regard des précédentes. L'abonné peut donc se retrouver en train de payer plus ce qu'il a consommé », se plaignait un consommateur. Une enquête de terrain a permis par exemple de constater le basculement des consommations d'énergie électrique à des tranches supérieures (ou inférieures) au coût du KWH le plus élevé (ou plus bas).

Le régulateur du secteur était également monté au créneau, demandant la suspension de l'opération d'estimation des index des compteurs d'énergie électrique, après avoir enregistré les nombreux manquements de cette méthode sur le terrain. Par ailleurs, il était reproché au distributeur d'avoir pris une décision en violation des textes en la matière qui préconisent une autorisation préalable du régulateur.

En annonçant la reprise de l'ancienne formule, Eneo prend également l'engagement d'une prise en charge accélérée des réclamations relatives aux factures mensuelles estimées, dans un délai de 72 heures, précisant que « la procédure de coupure est suspendue en cas de contestation d'une facture estimée. »

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.