Cameroun: « Les parlementaires ont compris les enjeux et priorités du gouvernement »

interview

Manassé Aboya Endong, professeur de science politique et directeur exécutif du Groupe de recherches sur le parlementarisme et la démocratie en Afrique (GREPDA)

La session ordinaire du parlement s'est achevée le 9 juillet 2020. Au cours des travaux, députés et sénateurs ont examiné plusieurs projets de lois, dans un contexte de lutte contre la Covid-19. Quelle appréciation ?

En s'investissant dans le travail de contrôle de l'action gouvernementale et de législation, notamment dans un contexte de crise sanitaire, les parlementaires ont joué leur partition dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19 et ses effets néfastes. Il s'agit d'une démonstration de conscience professionnelle et de patriotisme qui doit pouvoir motiver les représentants de la nation d'une part et des collectivités territoriales décentralisées d'autre part, au mieux des intérêts de ceux pour qui ils ont été élus et/ou nommés comme député ou sénateur. En se mobilisant dans ce contexte de lutte contre la Covid-19, les parlementaires affichent leur détermination à contribuer à la lutte contre cette pandémie.

Les députés ont d'ailleurs profité de cette session parlementaire pour remettre au Premier ministre, chef du gouvernement, Chief Dr Joseph Dion Ngute, leur contribution à l'effort de guerre contre la Covid-19. C'est ainsi qu'une enveloppe de 100 millions de F représentant la contribution de l'Assemblée nationale au fond spécial pour la gestion de la pandémie lui a été remise. Au demeurant, en se déployant dans un contexte de crise sanitaire, les parlementaires démontrent que le contrôle de l'action gouvernementale et le travail de législation ne sauraient s'accommoder d'une suspension, encore moins de rupture, du fait d'une crise, fut-elle sanitaire.

Il y a notamment eu cette ordonnance prise par le président de la République relative à la modification de la loi de finance 2020, ou le débat d'orientation budgétaire. Avez-vous le sentiment que les parlementaires ont compris les priorités majeures du gouvernement ?

Si on ne s'en tient qu'à l'intérêt que les parlementaires ont accordé au débat relatif à l'orientation budgétaire 2021-2023, ou encore aux préoccupations exprimées en rapport avec l'ordonnance portant correctif budgétaire, on peut dire sans risque de se tromper que les parlementaires ont apprécié et compris les enjeux et priorités majeurs du gouvernement. Le nombre de questions suscitées par l'examen du cadre d'orientation générale du budget, plus d'une quarantaine, est un indicateur probant qui témoigne de la capacité des parlementaires à assimiler les enjeux de cette session ordinaire. Il s'est ainsi agi d'exprimer et de relayer les doléances des populations pour éviter que le budget revu ne compromette les intérêts des populations. Ce faisant, les députés se sont assurés de la compatibilité du correctif budgétaire avec les intérêts des populations.

La modification de la loi sur les libertés d'association aura également animé les débats au Sénat et à l'Assemblée nationale. Cette démarche du gouvernement était-elle opportune ?

Le gouvernement a le pouvoir régalien de garantir l'exercice des libertés d'association et de promouvoir un contexte social favorable ou propice à la pratique des libertés publiques. Ce pouvoir régalien est permanent, même si les libertés publiques qu'il garantit peuvent évoluer du fait de leur caractère dynamique. Si elles sont en principe imprescriptibles, leur jouissance peut cependant causer des problèmes d'ordre public. Il faut donc utilement et nécessairement s'assurer que les libertés d'association soient compatibles avec l'ordre public. Il faut veiller à ce qu'elles soient adaptées aux mutations sociales, politiques, économiques et culturelles, puisque, finalement, les libertés d'association sont filles de leur contexte de souscription.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.