Cameroun: Tests rapides - Opération de séduction à Garoua

L'Hôpital régional multiplie les initiatives pour convaincre un grand nombre de personnes à se soumettre aux examens.

Depuis quelques semaines, à Garoua, ce n'est plus le patient qui va vers l'hôpital. C'est plutôt l'hôpital qui vient vers le patient. Avec l'apparition de la Covid-19, les responsables en charge des structures de santé multiplient les stratégies pour barrer la voie à la propagation de la pandémie. C'est le cas de l'Hôpital régional de Garoua. Le Dr Aboubakar Sadjo, le directeur, a constitué une équipe mobile chargée de faire des tests rapides de proximité. Cette équipe pilotée par le Dr Charly Bilogué sillonne administrations, marchés, lieux de concentration humaine...

Vendredi dernier, elle a installé ses quartiers dans les locaux de la Campost. Outre les employés des administrations riveraines de la Cameroon Postal services au centre-ville, d'autres structures, à l'instar de la Sopecam, située à un kilomètre de là, ont pu faire des tests là-bas. Le constat qui se dégage : la qualité de service fournie est excellente. En plus de l'accueil qui est sympathique, les conditions dans lesquelles s'effectuent les dépistages sont bonnes. Après le test, chaque patient rentre avec un « souvenir » : un masque de protection offert gratuitement.

30 min plus tard, la petite équipe mobile donne les résultats. C'est le Dr Charly Bilogui lui-même qui se charge de le faire. Il va vers les patients. Cette méthode de travail est très appréciée. Après la Campost, l'ambulance de l'Hôpital régional de Garoua a été aperçue à la Béac. A Garoua, les autorités sanitaires, appuyées par les mairies et différentes associations expérimentent des stratégies pour contrer le virus. Dans les autres localités de la région, la même mobilisation est observée.

Les résultats des tests sont pour la plupart négatifs. Le virus circulerait donc très faiblement dans le Nord. Ce qui ne signifie pas pour autant que Garoua et les villes qui l'entourent sont des « zones vertes ». Selon une source médicale, des cas asymptomatiques sont enregistrés. La maladie, comme le relevait le Dr Leila Djamilatou, délégué régional de la Santé du Nord, est « sous-contrôle ». Néanmoins, un relâchement déplorable est observé ces derniers jours. Même les moto-taximen de Garoua qu'on citait en exemple baissent déjà la garde. Ils n'arborent plus, dans leur écrasante majorité, les cache-nez. Les autorités insistent sur le respect des mesure-barrières, notamment le port du masque, le lavage systématique des mains à l'eau coulante avec du savon, la distanciation physique...

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.