Congo-Kinshasa: En finir avec la violence cyclique en Ituri

communiqué de presse

Depuis décembre 2017, des violences commises par des milices majoritairement lendu dans la province de l'Ituri, dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC), ont fait près de 1 000 morts et un demi-million de déplacés. Visant au départ principalement des membres de la communauté hema, puis l'armée, elles sont de plus en plus indifférenciées.

"Ce conflit en Ituri, dans une zone riche en ressources naturelles où circulent armes et anciens seigneurs de guerre, risque de mener à une escalade de la violence et de faire de nombreuses autres victimes", souligne Onesphore Sematumba, analyste d'International Crisis Group pour la région des Grands Lacs.

Le conflit en Ituri pourrait en outre avoir de multiples répercussions. Les violences ont déjà attiré certains acteurs violents du Nord-Kivu voisin, épicentre de l'insécurité dans l'Est du Congo. Elles exacerbent également les tensions entre l'Ouganda et le Rwanda, qui ont tous deux joué un rôle important dans la guerre de l'Ituri de 1999-2003 et s'accusent aujourd'hui mutuellement de soutenir les groupes armés dans l'Est du Congo.

"Afin d'enrayer une escalade dangereuse, le gouvernement congolais devrait privilégier une stratégie visant à négocier la reddition des milices lendu tout en soutenant un dialogue plus vaste entre les Hema, les Lendu, et d'autres communautés de l'Ituri", ajoute Onesphore Sematumba.

Le président congolais Félix Tshisekedi devrait par ailleurs mettre le conflit en Ituri à l'ordre du jour du nouveau forum quadripartite réunissant l'Angola, l'Ouganda, la RDC et le Rwanda. L'Ouganda et le Rwanda pourraient se servir de ce forum pour discuter de leurs accusations réciproques de soutien aux groupes armés dans l'Est du Congo, y compris en Ituri, et s'engager à mettre un terme à ce soutien.

"Le président congolais Félix Tshisekedi a fait de la violence dans l'Est de la RDC et du conflit en Ituri une priorité, et la résolution de ce conflit constituerait un formidable élan pour sa présidence", conclut Onesphore Sematumba. "Mais pour mener à bien cet immense chantier, et parvenir à le financer, il aura besoin du soutien des partenaires nationaux et internationaux de la RDC ainsi que des pays de la région".

A La Une: Congo-Kinshasa

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.