Congo-Kinshasa: Procès en appel fixé au 24 juillet - Kamerhe peut-il encore espérer ?

Vital Kamerhe lors du procès des 1OO Jours

Condamné le 20 juin dernier par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe à 20 ans des travaux forcés et 10 ans de privation des droits civils après l'épuisement de la peine, Vital Kamerhe tout en contestant ce verdict, a, à travers ses conseils, interjeté appel. La Cour d'appel de Kinshasa/Gombe a fixé le dossier au 24 juillet. Quelle sera donc l'issue de ce procès en appel ? La question demeure entière.

Condamné le samedi 20 juin 2020 à 20 ans des travaux forcés, synonyme de 20 ans de prison ferme pour détournement de 48 831 148 millions de dollars américains en première instance par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président de la République Félix Tshisekedi, a interjeté appel pour mal jugé.

En fait de sentence, Kamerhe reste convaincu que les juges du TGI/Gombe n'ont pas été capables de démontrer, preuves à l'appui, son implication dans le détournement supposé de ces fonds.

Par conséquent, à défaut de l'acquittement pur et simple, Vital Kamerhe veut obtenir l'allègement de sa peine.

A l'issue d'un procès que d'aucuns ont qualifié de « pédagogique » et qui a tenu la nation entière haleine, Vital Kamerhe a été reconnu coupable de trois chefs d'inculpation, notamment de détournement des deniers publics, corruption.

Outre ces peines, le juge avait également prononcé la saisie des avoirs en banque et des biens immobiliers de Vital Kamerhe, de son épouse Amida Shatur, de son cousin Daniel Shangalume dit Massaro, et de sa belle-fille Soraya Mpiana ; la privation du droit à la liberté conditionnelle ; l'interdiction pour 10 ans après l'exécution de la peine du droit de vote, du droit d'éligibilité ; la privation du droit à la condamnation ou à la libération conditionnelle et à la réhabilitation.

Mais que peut espérer Vital Kamerhe dans ce procès en appel ? À cette interrogation, le collectif de ses avocats entend développer des moyens devant le juge de la Cour d'appel.

Mais pour bien des analystes, ce n'est pas sûr que Vital Kamerhe soit acquitté. Cependant, la possibilité de la réduction de sa peine peut être envisagée.

Des faits qui écartent la possibilité pour le directeur de cabinet de sortir en homme libre dans ce deuxième round entre lui et les juges d'appel, l'on relève que tous les témoins qui ont été appelés à la barre pour éclairer la religion des juges avaient chargé le prévenu Kamerhe, à l'exception des membres de sa famille. Le verdict de ce procès historique, qui a connu la mort « suspecte » du juge-président Raphaël Yanyi, ne pourra pas éventuellement être déstructuré à cette étape du procès ; même si la voie de recours est une autre étape qui consiste à demander au juge supérieur de rejuger l'affaire.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.