Afrique: Annulation de la CAN féminine - Plusieurs voix s'élèvent

Apres l'annonce, le 30 juin par la Confédération africaine de football (CAF) d'annuler la Coupe d'Afrique des nations (CAN) féminine 2020 à cause du coronavirus, des institutions et stars du ballon rond ne cessent d'afficher leur désaccord et souhaitent la tenue de cette compétition.

Pour la première fois depuis 1998, le cycle habituel de la Coupe d'Afrique des nations féminine qui se déroule tous les deux ans va être rompu. La polémique continue de s'amplifier puisque plusieurs propositions contraires sont émises dans les différents états-majors du football féminin.

Pour plusieurs footballeuses, la CAN représente une bonne occasion pour défendre leur pays et s'exposer pour une carrière plus élogieuse, car beaucoup des joueuses ont émergé grâce à cette compétition. Quelques footballeuses qui ne partagent pas la décision de la CAF ont demandé à cette structure de maintenir la compétition. Ainsi, à l'initiative de l'Association des anciennes lionnes indomptables du Cameroun, une pétition visant à faire fléchir la CAF fait son chemin.

«Nous avons l'impression que cette pandémie ne touche que les femmes. Jusqu'ici, je n'ai pas encore lu quelque part qu'une footballeuse a été infectée par la Covid-19 », se fustigeait Aboudi Onguéné, footballeuse camerounaise.

La Fédération internationale de football association (FIFA) se joint aux cotés des contestataires de l'annulation de la CAN féminine. Cette institution pense que l'idée n'est pas bonne. Selon certaines sources, elle avait, en effet, octroyé il y a quelques jours, une somme de cinq cent mille dollars à chaque association membre au profit du football féminin. « Le football féminin est une priorité absolue pour la FIFA. Nous ne devrions pas utiliser le coronavirus pour mettre de côté le football féminin. Au contraire, nous devons continuer à aider le football féminin car il a un bel avenir », estime Gianni Infantino, président de l'instance du football mondial.

Dans le même sens que son patron, Fatma Samoura, secrétaire générale de la FIFA, a regretté ce qu'elle appelle le « management » des dirigeants de la CAF. « Mais ce n'est pas possible ! Comment voulez-vous qu'un pays africain puisse se permettre le rêve de remporter une Coupe du monde avec ce genre de management ? », s'est-elle interrogée.

La CAF rétorque

La plus haute instance du football africain garde ses positions et estime que le moment et les conditions ne sont pas propices pour organiser avec succès ce grand évènement du football féminin qui devrait se tenir en fin d'année.

Isha Johansen, présidente de la Commission du football féminin à la CAF et présidente de la Fédération Sierra-léonaise de football, a répondu à leurs détracteurs. A en croire cette femme, la pandémie de coronavirus et le manque d'un document crucial aux offres du Nigeria et de la Guinée, candidats à l'organisation après la République du Congo sont les principaux responsables de cette annulation. « Le football féminin est très important pour la CAF. Ce n'est pas le fait de ne pas répondre aux attentes de chacun, ou de choisir l'option facile d'annuler la CAN féminine 2020 juste parce qu'il s'agit de football féminin. C'est bien parce que nous sommes face à des circonstances évidentes qui sont hors de notre contrôle », a -t-elle signifié.

Elle a certes évoqué le désistement du pays organisateur initialement prévu, la République du Congo, en juillet 2019 mais, ne jette aucune pierre aux gouvernements qui ne pouvaient se porter garants de l'organisation de cette CAN. Il a fallu trouver un nouveau pays pour accueillir cette CAN qui devait réunir pour la première fois douze équipes contre huit lors de chacune des treize premières éditions. « L'offre a été rouverte et nous avons reçu des propositions du Nigeria et de la Guinée, mais la lettre de soutien de la part des gouvernements respectifs manquait. Si vous ne pouvez pas obtenir une lettre de soutien du gouvernement, cela devient complexe et problématique sur le long terme. On ne peut pas organiser une compétition sans soutien ou garantie du pays-organisateur », développe Isha Johansen.

Les adeptes du football féminin restent ainsi sur leur garde puisque le suspense continue. La crise de coronavirus n'a pas seulement touché le football féminin car plusieurs compétitions sportives ont été soit reportées soit annulées.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.