Madagascar: Lutte contre le coronavirus - Des ONG réclament plus de transparence

Une dizaine d'organisations de la société civile adresse une lettre ouverte au Centre de commandement opérationnel (CCO), l'institution en charge de la lutte contre l'épidémie de coronavirus. Ces organisations, dont Transparency International et le Mouvement Rohy, dénoncent l'opacité de la gestion des financement dédiés à la riposte contre le coronavirus.

« S'il y a un état qui gère le budget en toute transparence et de manière consciencieuse, c'est Madagascar », avait déclaré le président de la République Andry Rajoelina à la télévision nationale dimanche. Une déclaration qui n'a pas permis de répondre aux interrogations de la société civile.

Dans la ligne de mire de la société civile, les marchés publics passés dans le cadre de la riposte à l'épidémie de Covid-19. « Le Centre de commandement opérationnel peut valider tous les marchés publics et faire en sorte qu'ils se passent de gré à gré mais cela n'a été inscrit dans aucun texte ou si cela l'a été, il n'a pas été rendu public », explique Hery Rason, directeur exécutif de l'ONG Ivorary et membre du projet conjoint Suivi pour la transparence et l'effectivité des fonds Covid-19, signataire de la lettre ouverte. Une lettre dans laquelle la société civile demande notamment la liste de ces marchés et les textes qui les encadrent. « Si nous n'y avons pas accès, il est impossible de savoir ce qui est légal, ce qui relève éventuellement de la corruption ou non. Nous sommes conscients de la situation d'urgence, mais il y a une limite à ne pas dépasser », poursuit t-il .

Mis en place il y a près de quatre mois, le CCO est la cheville ouvrière de la riposte. Dirigé par le ministre de l'Intérieur, il pilote et concentre toutes les actions et coordonne les acteurs de cette lutte : application des mesures sanitaires, diffusion de statistiques, réception et gestion des dons ou encore distribution d'équipements médicaux. Des missions considérables qui exigent une redevabilité auprès de la population insiste la société civile, qui précise qu'elle avait déjà le mois dernier (11 juin) soumis une requête au CCO pour accéder aux informations relatives aux marchés publics. Une requête restée lettre morte.

Pour lever l'opacité sur la gestion des fonds alloués à la lutte contre l'épidémie, les organisations signataires demandent également la liste des ministères et institutions ayant demandé une autorisation de réallocation de leur budget, précisant les montants et les utilisations prévues, ainsi que le décret qui a créé le fonds de riposte au Covid-19 adopté en début de mois. « Jouer le jeu de la transparence, ce n'est pas seulement déclarer à travers un discours la référence ou le titre d'un décret mais vulgariser concrètement le contenu et assurer un minimum de publicité de ces textes », fait remarquer Hery Rason.

Contacté, le ministre de l'Intérieur, à qui la lettre de la société civile est adressée en particulier, n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.