Sénégal: Collecte de données à caractére illicite - Larguée, elle menace de balancer les photos intimes de son amant

14 Juillet 2020

« Le dépit est un mauvais conseiller, c'est un agent provocateur qui travaille pour tes malveillants ». Le cas de D. Ndour illustre bien cette citation d'Henri-Frédéric Amiel tirée de son Journal intime du 28 février 1851.

À cause d'un dépit amoureux, elle s'est retrouvée en prison. Ne supportant pas d'être larguée par son amant, elle a menacé de balancer les photos intimes de celui-ci à son épouse. Attraite à la barre des flagrants délits pour collecte de données à caractère personnel, elle a reconnu les faits devant le juge des flagrants délits.

« Je sortais avec M. depuis 2017. Au début, il me promettait le mariage alors que c'était des balivernes. Je m'en suis rendue compte trois ans après, car il m'a avoué qu'il avait signé la monogamie », a raconté la prévenue au bord des larmes.

Se sentant trahie, elle a quitté son amant. Cependant, ses sentiments ayant fini par prendre le dessus sur sa colère, elle avait décidé de se remettre avec son amoureux.

Mais, quelques temps après, elle a subi une nouvelle déception. L'homme qu'elle prenait pour l'amour de sa vie a épousé une autre fille en secondes noces.

« Un jour, j'ai appris qu'il avait pris une seconde épouse. Je lui ai envoyé des messages, mais il ne m'a jamais répondu », a raconté, dépitée, D. Ndour. Ainsi, se sentant trahie et humiliée, elle a voulu briser le ménage de son ex.

« J'ai envoyé un message à son épouse en lui faisant croire que j'étais enceinte et que je disposais de ses photos que j'allais publier s'il ne me remettait pas de l'argent. J'ai utilisé un autre numéro, car il m'avait bloquée », a confessé la prévenue.

Et d'ajouter : « J'ai agi sous la colère. Je demande pardon ». Bien qu'elle s'est amendée, Mme le procureur n'a pas manqué de la sermonner. « Vous jouez avec Internet. Regardez où est-ce que cela vous a conduit », a-t-elle lancé au prévenu avant de requérir six mois avec sursis.

Me Youssoupha Camara a sollicité la compréhension du Tribunal, soutenant que les sentiments de sa cliente ont été frustrés par une personne en qui elle avait beaucoup de confiance. Après délibéré, D. Ndour a été condamné à 3 mois assortis de sursis.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.