Sénégal: Vol de 6 matelas - L'usine Mds réclame 20 millions de FCfa

14 Juillet 2020

O.G. Diao, M. Konaté, C. Faye et E.M. Diallo étaient à la barre du Tribunal des flagrants délits de Pikine-Guédiawaye, vendredi dernier, pour vol de six matelas dans l'enceinte de l'usine Mousse du Sénégal (Mds).

Les populations riveraines de l'usine Mousse du Sénégal (Mds), ont saisi la gendarmerie pour signaler que des individus ont l'habitude de voler des matelas et de les faire passer par-dessus le mur de clôture, derrière l'entreprise. Une fois la marchandise dérobée, les suspects l'embarquaient à bord d'un taxi.

Le 2 juillet dernier, les gendarmes de la Zone franche industrielle, avisés des agissements des mis en cause, ont débarqué sur les lieux et interpellé le chauffeur C. Faye et O.G. Diao. Ce dernier, employé de l'usine, était en congé. À bord d'un véhicule, ils se rendaient à son domicile à Sicap-Mbao.

À la barre du Tribunal des flagrants délits de Pikine-Guédiawaye, les prévenus ont nié les faits en se renvoyant la balle.

O.G. Diao a soutenu que c'est E.M. Diallo qui l'a contacté par téléphone pour lui demander de récupérer des matelas.

Le chauffeur C. Faye a déclaré avoir reçu des appels incessants de Diao qui lui a demandé de transporter des matelas pour ses voisins qui achetaient au prix d'usine et c'était la deuxième fois qu'ils se voyaient.

E.M. Diallo qui faisait passer les matelas, s'est enfui dès que les gendarmes ont débarqué. Sa femme arrêtée, il s'est constitué prisonnier. Selon le conseil de la partie civile, Me Diabone, les faits sont constants.

Les prévenus ont reconnu à l'enquête avoir fait deux « opérations », mais il est persuadé qu'il y a eu plusieurs vols. C'est pour cette raison qu'il a réclamé 20 millions de FCfa en guise de dommages et intérêts.

De l'avis du procureur, le vol en réunion à l'occasion du service, l'association de malfaiteurs et la complicité ne souffrent d'aucun doute. Cependant, pour M. Konaté, les faits ne sont pas établis à ses yeux. Il serait donc judicieux de le relaxer.

Poursuivant, le procureur a noté que E.M. Diallo, détenteur des clés des magasins, faisait passer les matelas par devers le mur. Il estime que C. Faye, attrait pour complicité, a agi en connaissance de cause même s'il est intervenu après le vol.

C'est pour cela qu'il a fait un détour au lieu de rouler directement des Mds à Sicap-Mbao. D'ailleurs, à la vue des gendarmes, C. Faye a appuyé sur l'accélérateur.

Le procureur a requis deux ans contre O.G. Diao et E.M. Diallo, deux ans, dont six mois ferme, contre C. Faye.

Du côté de la défense, Mes Oumar Sy et Boubacar Dramé qui ont plaidé pour le compte de E.M. Diallo ont estimé que rien ne prouve qu'il y a eu un coup de fil entre E.M. Diallo et O.G. Diao. Leur client a effectivement les clés du magasin, mais il les dépose tous les jours avant de rentrer.

Tout ce qu'on peut lui reprocher, c'est d'avoir, par peur, pris la fuite à l'arrivée des gendarmes. Mais, il a fini par se rendre. Personne ne l'a vu passer des matelas par-dessus le mur de clôture. Le deuxième jeu de clés est mis dans un bocal et tous les autres employés y ont accès. Les conseils ont sollicité la relaxe.

Me Théophile Kayossi, avocat de M. Konaté, a relevé que les gendarmes ont écrit qu'il « semble que Konaté est impliqué dans cette affaire ». Le jour des faits, il n'avait pas travaillé et c'est le directeur de Mds qui l'a appelé pour lui demander de se présenter à l'usine.

Si on retient le bénéfice du doute, ce serait donner une opportunité à son employeur de le licencier sans frais. Ce qu'il faut, c'est le renvoyer des fins de la poursuite sans peine ni dépens.

Dans son délibéré, le Tribunal a condamné tous les prévenus à 2 ans sauf M. Konaté qui a été relaxé.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.