Sénégal: Réduction du taux de mortalité de la mère et de l'enfant - Les «Bajenu gox» au front pour des résultats salutaires

15 Juillet 2020

Mise en place depuis 2010 sous l'ère de l'ancien président de la République, Abdoulaye Wade, l'initiative « Badjenu Gox » compte 8600 membres et ne cesse de faire ses preuves dans le cadre de la réduction du taux de mortalité de la mère et de l'enfant au Sénégal.

Ainsi en signe de clôture d'un projet qui duré 05 ans à la date du 14 juillet 2020, quelques indicateurs statistiques énoncés par Dr Rosalie Diouf, démontrent que cette initiative est vitale pour atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la réduction du taux de mortalité de la mère et de l'enfant.

Fondée sur le terme Wolof utilisé pour décrire une marraine, l'initiative « Bajenu Gox » apporte du soutien aux femmes durant la période prénatale, durant l'accouchement et durant la période postnatale.

Pour rappel, elle est mise en place depuis 2010, par le ministère de la Santé et de l'action sociale et compte environ 8600 « Bajenu Gox » au niveau national. Si ces impacts positifs ne sont plus à démontrer sur la santé de la mère et de l'enfant, la grande faiblesse de manière générale serait la problématique motivation.

Et c'est pour y remédier que l'Ong Acdev grâce à un financement du Centre de recherche pour le développement international en collaboration avec la Direction de la santé de la mère et de l'enfant a lancé depuis cinq ans un projet qui a permis au moins à 80 « Bajenu gox » au niveau des Parcelles Assainies, Diaoulé, Ndande et Kaolack de bénéficier d'un financement de 4 millions de Fcfa. Une initiative qui prévoit un service de conseils sur les soins à donner aux enfants de moins de 5 ans.

Ainsi, en fin de projet à la date du lundi 14 juillet, l'évaluation des activités orchestrées par ledit projet démontre sans ambiguïté « avec des chiffres » selon Dr Rosalie Diouf qu'il « y a une augmentation de la fréquentation des structures de santé » et par conséquent « une nette influence sur la réduction du taux de mortalité lié à cette population ».

Aussi, soutient Saga Gassama Ndiaye, point focal des « Bajenu gox » au niveau de la Direction de la santé de la mère et de l'enfant « en termes de résultat, on constate une évolution des indicateurs (consultation pré natale, accouchement assisté, taux de vaccination).

Ces indicateurs sont nettement en hausse par rapport aux années précédentes ». Par ailleurs, si tant est que cette initiative participe activement à réduire le taux de mortalité de la mère et de l'enfant à travers l'augmentation de taux de fréquentation des structures sanitaires par les mères et les enfants, et aussi bien que le suivi des programmes des vaccins, Docteur Cheikh Tidiane Athie, président de l'Ong Acdev et responsable de la mise en œuvre du programme Bajenu gox juge que « parler d'impact à ce niveau-là, c'est assez tôt.

Aujourd'hui, nous sommes encore dans la phase d'exécution de ce projet-là ». Non sans faire remarquer que dans toutes les zones d'intervention, il y a une nette amélioration de la fréquentation des structures par les mères et les enfants.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.