Sénégal: Fin des championnats sans promotions et relégations - De la légalité de la décision

15 Juillet 2020

Le football sénégalais va encore s'engouffrer dans une spirale médiatico-juridique suite à la décision du Comité exécutif de la FSF de mettre un terme à la saison 2019-2020, sans promotions ni relégations. En attendant la saisine annoncée du Tribunal arbitral du sport (TAS), chaque partie brandit «son droit».

La décision prise par le Comité exécutif la Fédération sénégalaise de Football d'approuver le protocole proposé par sa Commission médicale; mettant ainsi, un terme définitif aux différentes compétitions de la saison 2019- 2020, suspendues à mi-parcours, à cause de la pandémie de la Covid-19;

et surtout de ne pas décerner de titres et de geler les promotions et relégations à tous les échelons pour ladite saison, compte tenu du «ratio insuffisant de matchs disputés», a déclenché un tollé qui fait couler beaucoup d'encre et de salives.

Les dirigeants du Tengueth FC, leader de la Ligue 1, à l'issue de la 13ème journée, ruent dans les brancards et réclament le titre de champion du Sénégal. Quant à ceux de la Linguère de SaintLouis et de l'Us Ouakam, ils exigent une «promotion» devant permettre à leur club d'évoluer l'année prochaine en Ligue 1.

Mais, du côté de la Fédération sénégalaise de football (FSF), on soutient que de telles doléances ne sauraient trouver d'écho favorable. Et pour cause, nos sources brandissent le caractère légal de la décision rendue par le Comité exécutif le 8 juillet dernier.

Selon nos sources, la deuxième partie des règlements du football professionnel notamment les dispositions particulières en son article 43 alinéa 1 stipule que : «le classement, à l'issue du championnat de football professionnel de ligue 1 et Ligue 2, sera effectué par addition des points obtenus par les équipes lors des phases aller et retour».

La saison étant annulée après la phase aller (13ème journée), nos sources concluent que les responsables du Tengueth FC qui réclament l'attribution du titre ; la Linguère de Saint-Louis et Us Ouakam qui revendiquent la montée en Ligue 1 ont tout «faux».

Mieux, nos interlocuteurs brandissent aussi l'article 116 des règlements généraux de la Fédération sénégalaise de football (FSF) pour battre en brèche l'argument consistant à dire que le Comité exécutif n'est pas compétent pour prendre une telle décision.

«Le Comité exécutif devrait juste se contenter de dire qu'il arrête le championnat et laisser la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP) décider si elle décerne des titres ou pas», arguent Amara Traoré et compagnie, tout en s'étonnant du fait que la décision prise par la Ligue Professionnelle lundi dernier n'ait pas été soumise au comité exécutif.

Mais là également, la FSF botte en touche. Nos sources nous renvoient encore à l'article 116 qui a pour titre «Championnat National Amateur 1 et Championnat National Amateur 2». Il stipule d'abord que la «FSF organise et administre les championnats de Nationale de 1 et 2».

Ensuite, en son deuxième point, il déclare qu'une «interpénétration totale devant exister entre les championnats de Ligue 1, de Ligue 2, les championnats nationaux amateur et les championnats de ligue et/ou inter-ligues le règlement particulier de chaque épreuve fixe les conditions d'accession et de relégation des diverses compétitions sur la base des orientations fixées par le comité exécutif et sous son contrôle».

Cette disposition démontre selon nos sources que la «Comité Exécutif a bel et bien compétence pour connaître ce dossier avec la situation exceptionnelle de la pandémie de la covid-19».

Une position que réfute aussi bien le président de la Linguère de Saint-Louis, Amara Traoré, mais aussi celui de l'Us Ouakam, Abdou Aziz Guèye. Le comité exécutif étant le dernier recours, les présidents des clubs contestataires peuvent saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS).

A noter que le démarrage de la nouvelle saison 2020-2021 est prévue le 31 octobre prochain.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.