Angola: Le pays sans perturbation alimentaire

Luanda — Le ministre de l'Industrie et du Commerce, Victor Fernandes, a assuré mardi que le pays n'avait pas de rupture de stock de produits alimentaires, il n'y a donc aucune justification de spéculation des prix.

Dans une interview accordée à la TPA, Victor Fernandes a informé que les entités d'inspection, qui fonctionnent toujours, ainsi que la police sont attentives aux mouvements spéculatifs afin d'agir avec toute la force de la loi.

"Pour le moment, il n'y a pas de raison objective d'augmenter les prix. Il y a naturellement des changements de prix dus à l'inflation, ce qui est parfaitement normal sur le marché fonctionnel, mais pas pour l'augmentation vertigineuse et spéculative des prix", a-t-il déclaré.

Il a ajouté que la production nationale a de l'espace pour être canalisée tant que l'importation de biens essentiels est réduite, voire supprimée, créant des critères pour attirer les investissements privés.

"La première étape sera d'arrêter l'importation. Les critères pour attirer les investissements pourraient amener les entreprises américaines, les plus grands importateurs de poulet, à produire des poulets en Angola, cessant ainsi d'importer ce produit", a-t-il expliqué.

Concernant le panier de la ménagère, le responsable défend une refonte en ajoutant des produits fabriqués par ambulance dans le pays, réduisant les coûts en devises pour leur acquisition. L'Angola, a-t-il indiqué, produit le manioc, les patates douces, la banane, et nous avons l'arachide car notre panier de la ménagère doit être composé de riz, de pâtes et de sucre.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.