Cameroun: Les étudiants boursiers Camerounais abandonnés depuis des années par le gouvernement Camerounais

15 Juillet 2020

Rabat — Depuis lundi dernier les étudiants boursiers Camerounais au Maroc campent devant l'ambassade du Cameroun à Rabat. Ils se disent abandonnés depuis des années au Maroc par les autorités camerounaises. Certains d'entre eux pensent déjà à s'exiler en Europe via la mer.

De sources estudiantines proches de l'Union générale des étudiants Camerounais (UGEC), ces étudiants sont en colère

Pour Stephane N, l'un des étudiants grévistes,ils "dorment à la belle étoile car le gouvernement camerounais qui devaient payer leur loyer et autres frais afférents à leurs bourses d'études depuis le 16 août 2018" ne réagit plus à leur demande. "N'ayant pas pu payer les frais des boursiers dans le cadre de la coopération camerouno-marocaine, les autorités marocaines se sont vues dans l'obligation de nous jeter à la rue" affirme t-il.

Rendu ce matin (15/07/2020, ndlr) au numéro 20 de la rue du Rif Souissi de Rabat, rue dans laquelle se trouve l'ambassade du Cameroun à Rabat, au guichet, personne n'ose se prononcer sur cette situation

Ces non paiement de la contrepartie camerounaise ont amener certains boursiers camerounais au maroc à solliciter les parents au pays , nous confie Maxime Petnga, étudiant boursier camerounais à Oujda

"En moyenne, nous avons besoin de 1800 000 frs Cfa par an, soit 150 000 frs Cfa le mois pour vivre convenablement. Pour les anciens boursiers, le maroc payait sa part chaque fin de mois mais, côté camerounais, il n'y a rien" nous confie Maxime.

Ce problème de prise en charge des étudiants boursiers Camerounais à l'étranger devient de plus en plus recurrents. Que ce soit en Chine, en Russie, en Italie, il ne fait pas bon d'être étudiant boursier camerounais. Vivement que les autorités camerounaises puissent pencher sur cette situation qui n'honore pas le Cameroun

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.