Burkina Faso: Crise au sein de la communauté musulmane - La CJMB joue les bons offices

15 Juillet 2020

La coordination des jeunes musulmans du Burkina Faso (CJMB) a organisé le mardi 14 juillet 2020 à la salle de conférence du conseil burkinabè des chargeurs (CBC) une conférence de presse. L'ordre du jour de cette rencontre avec les Hommes de médias a porté sur la médiation que ladite coordination a entreprit pour la résolution de la crise au sein de la communauté musulmane.

A l'instar du gouvernement à travers le ministre en charge du culte, la FAIB, sa majesté le Mogho Naaba Baongho, des leaders religieux et autres bienfaiteurs, des jeunes musulmans réunis au sein de la coordination des jeunes musulmans du Burkina Faso (CJMB) ont décidé d'offrir leur médiation pour la résolution définitive de la crise qui secoue la communauté musulmane. « Cette crise porte sur le renouvèlement du bureau exécutif national. Il se trouve que le président sortant veut organiser un congrès.

Dans le même temps, nous avons appris qu'un autre camp a déjà organisé son congrès à Bobo-Dioulasso. L'objet de cette conférence de presse est d'interpeller les deux protagonistes sur la nécessité de préserver la paix, la cohésion et l'union au sein de la communauté musulmane. Et nous comptons sur l'accompagnement des autorités pour cela », a indiqué le président de la CJMB, El Hadj Hamoudou Kaboré.

S'appuyant sur les versets du Saint Coran et de la Sounnah du prophète qui dit « si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux » et « n'est pas parmi ma communauté celui qui ne se préoccupe pas du bien-être de la communauté », El Hadj Hamoudou Kaboré a lancé un appel solennel aux dirigeants de la communauté musulmane du Burkina Faso, de revenir au Saint Coran, à la Sounnah du prophète (SAS) pour un pardon sincère et à la cohésion.

« Ainsi qu'à leurs textes fondamentaux que sont les statuts et règlement intérieur pour un congrès consensuel afin de procéder au renouvellement du bureau exécutif unique de la communauté musulmane. La communauté des jeunes musulmans se porte volontaire pour toute action future menant à la réconciliation au sein de la Oummah », a-t-il martelé.

Pour terminer, le président de la CJMB a invité chaque musulman, sans distinction de bord, chaque structure islamique, chaque Burkinabè à se sentir concerné par cette crise, de s'interdire de toutes paroles dévalorisantes afin d'apaiser les tensions entre les membres et de proscrire toute action allant dans le sens de ternir l'image de tous les protagonistes comme « Allah nous enjoint d'enseigner le bien et d'interdire le blâmable ».

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.