Gabon: État de santé d'Ali Bongo - La présidence réagit aux propos de Bruno Fuchs

La présidence de la République a réagi à une déclaration fracassante du député français Bruno Fuchs à propos de l'état de santé du président gabonais, Ali Bongo.

Le 8 juillet dernier, lors d'une séance des questions orales au gouvernement, Bruno Fuchs a déclaré que « le chef de l'État [Ali Bongo] n'est plus en capacité de présider son pays depuis 18 mois en raison de son état de santé ».

Plusieurs proches du pouvoir, dont des ministres, ont dénoncé une déclaration aux élans néocolonialistes. Jessye Ella Ekogha, porte-parole d'Ali Bongo a plutôt relativisé.

« Le président de la République s'attelle à la tâche quotidiennement, a-t-il rappelé au micro de notre correspondant Yves-Laurent Goma.

Pour ce qui est du député, il ne représente pas la position du gouvernement français. Aujourd'hui, la république française et la république gabonaise travaillent quotidiennement sur différents dossiers.

Pour exemple, on a eu la visite du secrétaire d'Etat Lemoigne il y a quelques mois. On a eu l'invitation du président Emmanuel Macron à son homologue Ali Bongo pour participer au sommet Afrique-France qui devait se tenir à Bordeaux, qui a été reporté du fait du Covid-19.

Donc les relations sont très bonnes entre les deux États, tout simplement. »

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.