Congo-Brazzaville: Finance - Mieux protéger les consommateurs face aux abus des banques

Les clients des banques se sont vu, ces derniers temps, retirer des frais supplémentaires sur leurs comptes, sans aucune explication au préalable et souvent en violation du règlement en vigueur. Cette situation inquiétante a conduit récemment l'instance communautaire à adopter de nouvelles mesures et à interpeller les pouvoirs publics.

En République du Congo, les relations entre banques et clients sont déséquilibrées puisque ce sont les établissements bancaires qui fixent les règles d'ouverture du compte et peuvent les modifier à tout moment comme bon leur semble. En face, les consommateurs souvent sous-informés sont obligés de subir le diktat de ces banques commerciales.

La place financière du Congo est forte de douze banques et établissements de crédits. Mais chaque établissement impose sa tarification quelque fois excessive, sans tenir compte de la règlementation. C'est le cas, par exemple, pour le prélèvement sur la carte monétique dont les frais varient d'une banque à une autre, soit entre 23000 francs CFA à 50000F, des frais d'opération entre 500f à 5000f... Avec l'avènement du digital, les banques créent de nouveaux services (comme les applications mobile, d'offres personnalisées), qu'elles imposent ensuite à leurs clients avec des frais élevés.

Pour l'Observatoire congolais des droits des consommateurs, ces frais de services constituent de véritables freins à l'inclusion financière au Congo. « Le règlement relatif à la protection des consommateurs des produits et services financiers a été adopté par la Commission bancaire de l'Afrique centrale (Cobac), mais le plus dur reste à faire pour la mise en application de ce règlement. Ceci contribuera à discipliner les banques. Tenez, est-il normal que les frais de retrait soient facturés jusqu'à 2000FCFA par opération ? », a dénoncé son secrétaire exécutif, Mermans Babounga Ngondo.

L'observatoire entend militer pour la transparence des tarifs des produits et services bancaires pratiqués dans le pays. Il a pour cela exhorté les autorités congolaises à pouvoir accélérer la préparation des textes subséquents.

À noter que lors de sa dernière session ordinaire tenue le 3 juillet dernier par visioconférence, le comité ministériel de l'Union monétaire de l'Afrique centrale (UMAC) a adopté le règlement relatif à la protection des consommateurs des produits et services bancaires dans la zone Cémac. Le comité ministériel a procédé à la nomination d'un commissaire titulaire de la Commission de surveillance du marché financier de l'Afrique centrale. « Au titre des mesures individuelles, le comité ministériel de l'UMAC a décidé de proposer à la conférence des chefs d'État les dossiers de nomination du secrétaire général et du secrétaire général adjoint de la Cobac », conclut le communiqué de l'UMAC.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.