Maroc: Abdelouafi Laftit - 47% des cas COVID confirmés l'ont été dans les entreprises et les unités de production

514 décisions de fermeture d'usines et de commerces pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur

Le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit, accompagné du ministre de la Santé, du ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Economie verte et numérique, et de la ministre du Tourisme, de l'Artisanat, du Transport aérien et de l'Economie sociale, a tenu, mardi à Rabat, une réunion avec les représentants de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) dédiée à l'examen de l'évolution de la situation épidémiologique liée au Covid-19 au sein de plusieurs unités industrielles et de production.

Au cours de cette réunion, les intervenants ont souligné que la volonté des autorités publiques de relancer et renforcer la dynamique économique du Maroc ne justifie nullement la négligence par certains des mesures sanitaires nécessaires, ni la désinvolture d'autres face au strict respect des mesures obligatoires mises en œuvre pour contenir cette crise sanitaire, indique un communiqué du ministère de l'Intérieur, ajoutant qu'il s'agit en premier lieu du respect de la distanciation physique et des règles d'hygiène, du port obligatoire du masque et du téléchargement de l'application "Wiqaytna".

Les intervenants ont ainsi appelé les représentants de la CGEM à assumer plus que jamais leurs responsabilités en continuant à sensibiliser les employeurs à la nécessité de respecter les mesures de précaution en place, et de se conformer au protocole sanitaire en vigueur afin d'éviter l'apparition de foyers de contamination à l'intérieur des unités industrielles et de production, relève le communiqué.

A cet égard, Abdelouafi Laftit a souligné que les mesures de précaution préconisées par les autorités publiques pour contenir cette urgence sanitaire ont fait l'objet de nombreuses réunions avec les représentants de la CGEM tant au niveau national que local, lesquels ont déjà exprimé leur adhésion à l'ensemble des recommandations et des orientations annoncées à ce sujet.

Le ministre a vivement déploré le non-respect des mesures de précaution que les autorités publiques n'ont cessé de recommander, estimant que cette négligence a contribué à la propagation de l'épidémie et à l'apparition de foyers de contamination dans de nombreuses unités de production à l'instar de la région de Lalla Maimouna, dans la province de Kénitra (Frigodar, Natberry Maroc) et de la province de Safi (Unimer Etamar ...), poursuit la même source.

Le ministre de l'Intérieur a indiqué que les cas enregistrés parmi les employés de l'ensemble des entreprises et des unités de production, de leurs familles et des personnes qui les côtoient avoisinent les 47% des cas confirmés, et ce depuis le lancement de la reprise graduelle de la dynamique économique dans le Royaume.

A cet égard, Abdelouafi Laftit a relevé que depuis le lancement de la reprise graduelle de la dynamique économique, il a été procédé, sur la base des résultats des opérations d'inspection réalisées par les commissions compétentes, à l'émission de 514 décisions de fermeture d'unités industrielles et commerciales dans 34 préfectures et provinces, et ce pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur, précisant que 98 unités sont toujours fermées, tandis que les autres ont assaini leur situation en s'engageant à respecter les dispositions en vigueur. La liste des unités concernées par les décisions de fermeture sera publiée ultérieurement, précise le communiqué.

Face à cette situation, le ministre de l'Intérieur a de nouveau rappelé que les autorités publiques ne manqueront pas de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité sanitaire de l'ensemble des citoyens, y compris la fermeture d'unités qui ne veillent pas au respect des mesures de précaution décidées et des règles de protocole sanitaire en vigueur, tout en poursuivant en justice, le cas échéant, les responsables de ces unités.

Il a rappelé que la santé des employés relève de la responsabilité de l'employeur, qui est considéré du point de vue juridique et moral dans l'obligation de garantir les conditions adéquates de travail au sein des unités industrielles et de production ou de transport à travers les moyens de transport des salariés, et ce dans le but d'endiguer la propagation de cette épidémie parmi les employés et d'empêcher que la maladie ne se répande parmi leurs familles et les personnes qui les côtoient, avec tout ce qui en découle comme conséquences néfastes pour le système de santé publique.

Les représentants de la CGEM ont exprimé, à cet égard, leur adhésion totale et leur coopération constructive avec les autorités publiques, faisant part de leur disposition à déployer davantage d'efforts pour enrayer l'épidémie, tout en intensifiant les campagnes de sensibilisation auprès des employeurs et des salariés. De même, ils se sont engagés à œuvrer pour assurer les outils de prévention nécessaires sur le lieu de travail ou sur les moyens de transport destinés aux travailleurs, afin de se conformer aux orientations et mesures de précaution en vigueur, conclut le communiqué.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.