Maroc: La délivrance - Les saisonnières marocaines de la cueillette des fraises espagnoles retrouveront la mère patrie incessamment

Une bonne nouvelle pour les 7.000 saisonnières marocaines recrutées pour la saison de collecte des fraises et autres fruits rouges à Huelva en Espagne et pour leurs familles.

Selon des médias espagnols, ces femmes pourraient regagner le Maroc la fin de cette semaine et retrouver, enfin, les leurs après des mois d'attente.

Ces médias ont souligné que c'est grâce à l'accord conclu entre le gouvernement andalou et le gouvernement marocain que ces saisonnières pourraient retourner au Maroc.

En vertu de cet accord, c'est le gouvernement andalou qui prendra en charge les tests PCR qui doivent être effectués sur chacune des ouvrières qui sont bloquées à Huelva depuis la fin de la campagne agricole de fruits rouges et qui n'ont pas pu rentrer dans leur pays en raison de la fermeture des frontières à cause de la pandémie du Covid-19.

Selon le journal « Huelvainformation », les tests PCR devaient commencer hier et le temps estimé pour obtenir les résultats se situe entre 24 et 72 heures, « les premiers résultats seront ceux de demain (jeudi 16 juillet). C'est la date limite pour le départ du premier groupe ».

Le voyage au Maroc se fera par voie maritime, ce qui implique que ces saisonnières doivent d'abord voyager en autocar jusqu'au port de départ avec des protocoles sanitaires stricts, où elles seront embarquées dans des ferrys. Selon le même journal, les autorités en Andalousie travaillent pour que la sortie soit du port de Huelva lui-même, ce qui allègerait considérablement l'opération. Le gouvernement marocain enverra un bateau qui sera chargé de transporter ces femmes qui doivent maintenir la distanciation physique, utiliser les masques et chaque bus sera désinfecté après cette opération.

D'après la même source, « l'ensemble du dispositif mis en place implique un énorme effort de logistique et de coordination entre le gouvernement andalou et Interfresa (une des plus grandes associations de producteurs de fraises d'Espagne). Dans l'attente d'une réponse positive des autorités marocaines, les travaux ont bien avancé à Huelva, ce qui permettra de lancer l'opération de retour en seulement 72 heures. C'est l'heure estimée pour le départ du premier contingent, selon des sources consultées par ce journal. Ainsi, les saisonnières commenceront à arriver chez elles à la fin de cette semaine et il est prévu que tout au long de la prochaine, elles retrouveront toutes leurs familles ».

Selon Europa Press, ces saisonnières pourraient retourner à leur pays ce samedi. Le premier bateau partirait du port de Huelva vers le Maroc.

Il y a lieu de signaler que les producteurs de fraises de Huelva ont menacé récemment de ne plus contracter des saisonnières marocaines dès la prochaine campagne à cause de cette crise.

Ces producteurs ont souligné que « jusqu'à présent, ce système a bien fonctionné mais quand il y a eu des problèmes, nous avons constaté qu'aucune des principales administrations ne propose de solutions ».

« Nous devons nous assurer que tous les employés ne viennent pas du même endroit pour éviter de telles situations », a souligné Antonio Luis Martín, homme d'affaires de Cartaya (Huelva).

Selon Europa Press, il y a un mois, environ sept femmes sont retournées au Maroc en raison de leurs conditions de vulnérabilité, et il y a deux semaines, une centaine ont voyagé par avion depuis Malaga, également en raison de leurs situations délicates (femmes malades, enceinte ou qui viennent d'accoucher). Pour cette raison, quelque 7.100 femmes attendent de rentrer chez elles le plus tôt possible.

En mai dernier, l'Union des petits agriculteurs de Huelva (UPA-Huelva) avait appelé à la nécessité de mettre en place « un couloir sanitaire » pour permettre à ces femmes de retourner au Maroc, comme ce fut le cas pour les travailleuses de la Bulgarie et de la Roumanie. « UPA-Huelva avait appelé le gouvernement marocain à ouvrir ses frontières devant ces femmes et le gouvernement espagnol à offrir sa médiation » pour résoudre ce problème.

Elle avait adressé également un courrier le 20 mai à la Direction générale des migrations au ministère espagnol de l'Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations, dans lequel elle a fait part de la situation de ces saisonnières et de la nécessité de trouver des solutions afin de leur permettre de retourner dans leur pays.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.