Soudan: Le Cabinet insiste sur la sécurisation des sit-in pacifiques

Khartoum — Le Conseil des ministres a confirmé le droit de tout citoyen à un sit-in, le droit à la sécurité de tous les sit-in pacifiques et à les protéger, et à entendre les plaintes des manifestants.

Le ministre de la Culture et de l'Information, le porte-parole du gouvernement, Faisal Mohamed Salih a noté dans un communiqué de presse suite à la réunion du cabinet mercredi, que la réunion avait salué les martyrs des incidents de Fataperno, dans l'État du Darfour Nord, souhaitant un rétablissement rapide pour les blessés.

Il a ajouté que le Premier ministre a abordé au cours de la réunion ce qui a été réalisé des promesses faites aux citoyens, y compris le changement de leadership de la police, soulignant le travail de préparation des nouvelles lois pour la police et la sécurité intérieure.

Le porte-parole du gouvernement a signalé aux incidents dans la région de Fataperno, soulignant que cela était complètement différent de ce qui s'était arrivé dans d'autres régions, comme Nertati, où il y a un sit-in pacifique, et le mouvement précoce du gouvernement pour sécuriser le sit-in ,discuter des demandes avec les composantes et le comité de coordination à l'intérieur du sit-in, avec la réponse immédiate aux exigences comme fonctions essentielles de l'État, en plus de l'accord sur les exigences liées au processus de paix et au programme de développement global au Darfour convenu dans la Accord de paix.

M. Faisal a souligné la différence entre ce qui s'est passé à Kutum et ce qui s'est passé à Fataperno, déclarant qu'une délégation conduite par le secrétaire général du gouvernement de l'État du Darfour-Nord a rendu visite à la zone de sit-in, alors que certains des membres du comité de coordination de sit-in n'étaient pas satisfaits de la réunion de la délégation avec les nomades, et ils ont fait des barricades pour empêcher la délégation d'entrer à son retour à Kutum, il a signalé aux frictions survenues entre la police et les jeunes, et les voitures de la délégation ont été pourchassées, ce qui les a conduites à chercher refuge au centre de la police, qui a été brûlé avec environ 14 voitures.

Il a ajouté que ces incidents violaient le calme du sit-in, soulignant que certains auteurs ne voulaient pas que le sit-in continue pacifiquement ceux qui ont attaqué les civils, incendié certaines zones du marché et certaines maisons, ce qui a entraîné le meurtre. de dix martyrs et un certain nombre de blessés.

Le porte-parole du gouvernement a reconnu la claire violation de la sécurité et la responsabilité de l'État, pointant les décisions rendues pour enquêter sur cette négligence, et poursuivre les agresseurs pour les traduire en justice, la sécurisation de la région de Fetaperno et la saison agricole, la sécurisation des fermes , évacuant les fermes des nouveaux occupants et les remettant aux agriculteurs, avec la formation d'une force de sécurité conjointe de toutes les forces régulières.

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.