Afrique: Secrétaire-Général - La pandémie, un signal d'alarme pour comprendre que nos hypothèses et nos approches doivent changer

De la COVID-19 au dérèglement climatique, de l'injustice raciale à l'accroissement des inégalités, nous sommes un monde en pleine tourmente. En même temps, nous sommes une communauté internationale avec une vision durable - incarnée dans la Charte des Nations Unies, qui marque son 75e anniversaire cette année. Cette vision d'un avenir meilleur - fondée sur les valeurs d'égalité, de respect mutuel et de coopération internationale - nous a permis d'éviter une troisième guerre mondiale qui aurait eu des conséquences catastrophiques pour la vie sur notre planète.

Notre défi commun est de canaliser cet esprit collectif et de nous élever à ce moment d'épreuve et de test.

La pandémie a révélé de graves inégalités systémiques, tant au sein des pays et des communautés qu'entre eux. Plus largement, elle a mis en évidence les fragilités du monde - non seulement face à une nouvelle urgence sanitaire, mais aussi dans notre réponse hésitante à la crise climatique, à la criminalité dans le cyberespace et aux risques de prolifération nucléaire. Partout, les gens perdent confiance dans les établissements et les institutions politiques.

L'urgence est aggravée par de nombreuses autres crises humanitaires profondes : des conflits qui se poursuivent, voire s'intensifient ; un nombre record de personnes contraintes de fuir leur foyer ; des essaims de sauterelles en Afrique et en Asie du Sud ; des sécheresses imminentes en Afrique australe et en Amérique centrale ; le tout dans un contexte de tensions géopolitiques croissantes.

Face à ces fragilités, les dirigeants mondiaux doivent faire preuve d'humilité et reconnaître l'importance vitale de l'unité et de la solidarité.

Personne ne peut prédire ce qui va se passer, mais je vois deux scénarios possibles.

Premièrement, la possibilité "optimiste".

Dans ce cas, le monde se retrouverait dans une impasse. Les pays du Nord élaboreraient une stratégie de sortie réussie. Les pays en développement recevraient un soutien suffisant et leurs caractéristiques démographiques - à savoir la jeunesse de leur population - contribueraient à en contenir les effets.

Et peut-être qu'un vaccin apparaîtrait dans les neuf prochains mois environ, et serait distribué comme un bien public mondial, un "vaccin du peuple" disponible et accessible à tous.

Si cela se produit, et si l'économie démarre progressivement, nous pourrions nous diriger vers une sorte de normalité dans deux ou trois ans.

Mais il existe aussi un second scénario, plus sombre, dans lequel les pays ne parviennent pas à coordonner leurs actions. De nouvelles vagues du virus continuent de se produire. La situation dans le monde en développement explose. Les travaux sur le vaccin tardent - ou même s'il existe un vaccin relativement tôt - il fait l'objet d'une concurrence féroce et les pays ayant un plus grand pouvoir économique y accèdent les premiers, laissant les autres à la traîne.

Dans ce scénario, nous pourrions également assister à un mouvement plus important de fragmentation, de populisme et de xénophobie. Chaque pays pourrait agir seul ou dans le cadre de ce que l'on appelle des coalitions de volontaires pour relever certains défis spécifiques. En fin de compte, le monde ne parviendrait pas à mobiliser le type de gouvernance nécessaire pour relever nos défis communs.

Le résultat pourrait bien être une dépression mondiale qui pourrait durer au moins cinq ou sept ans avant qu'une nouvelle normalité n'émerge, dont la nature est impossible à prévoir.

Il est très difficile de savoir si nous allons dans un sens ou dans l'autre. Nous devons travailler pour le meilleur et nous préparer au pire.

La pandémie, aussi horrible soit-elle, doit être un signal d'alarme qui incite tous les dirigeants politiques à comprendre que nos hypothèses et nos approches doivent changer, et que la division est un danger pour tous.

Cette compréhension pourrait amener les gens à reconnaître que la seule façon de faire face aux fragilités mondiales est de mettre en place des mécanismes de gouvernance mondiale beaucoup plus solides, avec une coopération internationale.

Après tout, nous ne pouvons pas simplement revenir aux systèmes qui ont donné naissance à la crise actuelle. Nous devons reconstruire en mieux avec des sociétés et des économies plus durables, plus inclusives et plus égalitaires.

Ce faisant, nous devons réimaginer la manière dont les nations coopèrent. Le multilatéralisme actuel manque d'échelle, d'ambition et de mordant - et certains des instruments qui ont du mordant montrent peu ou pas d'appétit, comme nous l'avons vu dans les difficultés rencontrées par le Conseil de Sécurité.

Nous avons besoin d'un multilatéralisme en réseau, dans lequel les Nations Unies et ses agences, la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, les organisations régionales telles que l'Union Africaine et l'Union Européenne, les organisations commerciales et autres collaborent plus étroitement et plus efficacement.

Nous avons également besoin d'un multilatéralisme plus inclusif. Les gouvernements sont aujourd'hui loin d'être les seuls acteurs en termes de politique et de pouvoir. La société civile, le monde des affaires, les autorités locales, les villes et les gouvernements régionaux jouent un rôle de plus en plus important dans le monde d'aujourd'hui.

Cela contribuera à son tour à l'instauration d'un multilatéralisme efficace doté des mécanismes nécessaires pour que la gouvernance mondiale fonctionne là où elle est nécessaire.

Un nouveau multilatéralisme efficace, en réseau et inclusif, fondé sur les valeurs durables de la Charte des Nations Unies, pourrait nous sortir de notre état de somnambulisme et stopper la dérive vers un danger toujours plus grand.

Les dirigeants politiques du monde entier doivent tenir compte de ce signal d'alarme et se réunir pour faire face aux fragilités du monde, renforcer notre capacité de gouvernance mondiale, donner du pouvoir aux institutions multilatérales et tirer parti de la force de l'unité et de la solidarité pour surmonter la plus grande épreuve de notre temps.

L'auteur de cet article d'opinion, António Guterres, est le Secrétaire-Général des Nations Unies.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.