Congo-Kinshasa: Les médecins réclament leur prime de risque

DR Congo is applying lessons learned from defeating Ebola to the fight against Covid-19

Mercredi 15 juillet 2020, les médecins congolais ont exprimé leur ras-le-bol en rapport avec le non-paiement de leur prime de risque. En sit-in devant l'immeuble du Gouvernement, pendant plusieurs minutes, les Hommes en blouse blanche ont imploré la matérialisation des promesses de l'exécutif central.

Tout récemment, c'est la primature qui a été envahie à partir de l'extérieur par les mêmes protestataires. Etonnamment, cette fois-ci, c'est le Bâtiment du Gouvernement qui a été pris pour cible à cause des installations de cabinet du Ministre de la Santé publique, Dr Eteni Longondo.

Durant le sit-in, à l'unissions, les médecins chantaient pour faire entendre leurs voix. «Médecin jusqu'à la mort, moi je serai médecin jusqu'à la mort ! », était la chanson fredonnée par ces hommes et femmes courageux qui ont fait de leurs vies un quotidien afin de soigner des vies humaines en danger. Selon ces médecins, une programmation a été publiée par les autorités, mais non encore appliquée en ce qui concerne le paiement de leur prime de risque. «Nous demandons à l'autorité, qu'on puisse payer la prime des médecins, qu'on applique juste ce qui a été publiée... », a déclaré un personnel soignant sous couvert de l'anonymat.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.