Congo-Kinshasa: Pr. Kwakwa Faustin - « Dialoguons sous la médiation des églises afin d'épargner le pays du danger »

Le professeur Kwakwa, premier Secrétaire général adjoint du parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement, ECIDE en sigle, s'est exprimé au sujet de la crise politique actuelle en République Démocratique du Congo, crise provoquée par la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la CENI ainsi que la réforme judiciaire proposée par les députés nationaux Aubin Minaku et Garry Sakata. Il appelle les acteurs politiques à se mettre autour d'une même table afin de sauver la Nation de la crise et du danger que peuvent provoquer des ennemis du peuple.

En République Démocratique du Congo, le choix porté sur Ronsard Malonda, comme futur président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ainsi que les propositions des lois visant la réforme de la justice des députés Garry Sakata et Aubin Minaku, cristallisent le mécontentement du parti présidentiel et celui de la coalition Lamuka.

Dans le contexte politique maussade actuel, M. Kwakwa estime que la population Congolaise est mécontente de la situation que traverse le pays. Elle l'a démontré par des protestations contre la personne entérinée par l'Assemblée Nationale pour remplacer à la tête de la CENI, Corneille Nangaa, soupçonnant en perspective des irrégularités et la recherche de la main mise sur cette institution par le FCC dans le but d'organiser des élections qui ne seront pas crédibles.

D'après le Prof, pour le moment, le dialogue est une nécessité qui permettra aux acteurs politiques de bien réfléchir sur la réforme de la Commission électorale nationale indépendante ainsi que sur d'autres institutions comme la Police, l'Armée et la Cour de Constitutionnelle avant d'entamer le processus des scrutins voire la désignation de ses animateurs pour se rassurer d'un avenir meilleur pour la population.

A l'en croire, les dernières manifestations qui se sont déroulées à travers le pays, ne sont pas synonymes des prétextes, mais plutôt une nécessité de faire sortir le pays de la crise qui appelle un dialogue inclusif pour éviter au peuple de vivre la situation chaotique dans les prochains jours.

Quant à la charge de la convocation de ce dialogue, Prof Kwakwa Faustin affirme que le peuple, souverain primaire, a manifesté l'initiative d'aller vers ce consensus national lors des dernières manifestations publiques. Les animateurs des institutions de l'Etat, en tête, le garant de la Nation, doivent assumer cette tâche afin de donner un mot d'ordre pour que le comité préparatoire s'installe pour une bonne organisation de ces entretiens qui doivent se réaliser sous forme de séminaire, pas à la manière des concertations, sous la médiation ou l'arbitrage des églises catholique et ECC.

Au cas où la communauté internationale ainsi que l'organisation des Nations Unies s'improviseraient pour la médiation, fait voir M. Kwakwa en soulignant qu'ils doivent jouer un franc jeu car, dit-il, le Congolais est déjà mature et responsable pour s'assumer.

Et pour faciliter la prise de conscience du danger qui guette la patrie, propose M. Kwakwa, que ce consensus national soit trouvé sur place dans le pays devant toutes les tendances politiques, pour planifier ensemble une nouvelle histoire des élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées en République Démocratique du Congo.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.