Congo-Kinshasa: Le nombre de joueurs remplaçants dans un match passe de 3 à 5

A chaque moment, ses réalités, dit-on. La Fédération internationale de football association (Fifa), a dernièrement décidé de revoir à la hausse le nombre de joueurs remplaçants dans un match de football, pour suppléer à certaines insuffisances dues à l'inactivité de plus 4 mois à cause de la pandémie de la maladie à coronavirus. La Fédération congolaise de football association (Fecofa), à travers sa Direction technique nationale, a officiellement tenu informé les journalistes congolais de cette nouvelle disposition, mercredi 15 juillet, à travers un séminaire d'information, organisée en son siège, à Kinshasa.

Plus de 60 journalistes de Kinshasa la capitale, répartis en trois groupes de 20 pour des raisons sanitaires, ont pris part à ce séminaire. Les participants ont eu droit à trois exposés. Le premier, c'est celui de l'arbitre international congolais, Olivier Safari, qui a parlé sur les modifications apportées dans les 17 lois de jeu. Dans l'ensemble de 17 lois, les modifications n'ont été opérées que dans 3 lois, à savoir la loi 3, 7 et 12. Les 14 autres sont restées intactes.

Concernant la loi 3 qui limite le nombre de joueurs remplaçants dans un match, désormais ce nombre passe de 3 à 5. La Fifa en a ainsi décidé. Pourquoi ? A en entendre Olivier Safari, c'est parce que l'organe faitier du football mondial a constaté qu'il y a baisse dans le chef des joueurs qui sortent d'une longue période d'inactivité. D'après les éléments techniques qui entrent en compte pour l'alignement d'un joueur, cette période considérée comme post-pandémie ne permet pas aux joueurs de jouer à temps plein, explique-t-il. C'est ainsi que l'entraîneur pourrait aller jusqu'aux 5 changements maximum au cours d'un match, question de protéger les joueurs qui ne sont pas non plus des robots.

La loi 7 qui parle de la durée d'un match a été également modifiée dans le sens que pendant les 45 premières minutes, l'arbitre et les entraîneurs de deux équipes peuvent s'entendre à quelle moment les joueurs doivent prendre une pause d'une ou deux minutes dans un match, de même qu'à la deuxième période. Désormais, l'on ne devait pas s'étonner de voir dans un match les joueurs se reposer plusieurs fois.

Enfin, la loi 12 qui depuis longtemps sanctionnait tout geste ou mouvement de main vers le ballon, devra à ce jour être relativisée. Le ballon qui touche le dessous de l'épaule n'est plus une touche de main. Sauf, s'il y a l'intention de la part du joueur. N'est plus aussi une touche de main, lorsque le joueur voulant se protéger en tombant, touche le ballon par la main. Même si c'est dans la surface de réparation, l'arbitre ne sifflera pas pénalty.

"La DTN, c'est l'âme de Fédération... "

Le deuxième orateur, Médard Lusadisu, a parlé de la Direction technique national, cet organe stratégique dans une Fédération conformément à la nouvelle vision de la Fifa. En effet, c'est un organe qui garantit une relation verticale avec tous les sélectionneurs des équipes nationales. La DTN a la mission d'assurer la formation des entraîneurs qui, à leur tour, vont former les joueurs. Elle a la mission aussi de détecter les talents, et les mettre à la disposition des sélectionneurs. Une détection, dit-il, qui se fait en collaboration avec les Directeurs techniques provinciaux.

La DTN a un regard sur les championnats, pour régler le problème de timing avec les organisateurs, parce qu'une bonne équipe nationale dépend de la qualité de son championnat.

En outre, la DTN, dit Lusadisu, veuille aussi sur la prestation des entraîneurs, d'autant plus que tout entraîneur ne peut pas entraîner partout. A la fin du championnat, la Direction technique analyse la prestation de chacun et présente un rapport technique : « Pourquoi avez-vous encaissé beaucoup de buts dans l'axe ? C'est parce que les défenseurs sont trop courts ? Donc, il y a un problème de recrutement. C'est parce que les défenseurs ne sautent pas ? Il y a donc un problème technique. C'est parce qu'il y a une difficulté d'emplacement ? Et là, donc il y a un problème tactique», dixit Médard Lusadisu.

Le troisième orateur et le dernier, Dr Jean-Pierre Bungu Kakala a planché sur la prévention et contrôle des infections pour le nouveau coronavirus. L'on retient que chaque équipe, selon la Fecofa, devra avoir un médecin covid, et le test de joueurs se fera régulièrement avant chaque match.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.