Togo: Depuis le maquis, Agbéyomé Kodjo devient un 'WANTED'

Du maquis à la prison directe sans escale. C'est l'itinéraire que la justice est en train de tracer pour Agbéyomé Kodjo, le député de Yoto et président national du mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD). Il est aussi candidat malheureux au sortir de la dernière élection présidentielle de février. Et c'est là même le début de toute sa mésaventure.

Un mandat d'arrêt de la justice pèse désormais sur le sieur Kodjo rentré en maquis (selon srs proches) depuis une semaine déjà. Il a préféré ne pas répondre à la convocation du doyen des juges d'instruction, prétendant que sa vie est menacée et qu'il risquerait même d'etre éliminé.

Sans détours, la justice réplique avec un mandat d'arrêt car c'est un comportement qui viole une des quatre conditions de sa remise en liberté provisoire au soir du 25 avril dernier après trois jours passés au SCRIC. Le doyen des juges d'instruction lui reproche donc un "défaut de comparution".

Selon le confrère TBN, le conseil de M. Kodjo s'inquiete de cette tournure que prend le dossier. Les avocats sont entre autres Darius Atsu et Célestin Agbogan.

"Nous dénonçons, d'ores et déjà, un scénario malsain, une fois encore, en déphasage avec les standards internationaux du procès équitable afin de clôturer l'instruction dans les meilleurs délais pour renvoyer Monsieur KODJO Messan Gabriel Agbéyomé et ses compagnons, devant la juridiction de jugement compétente", ont dit les avocats de Agbéyomé Kodjo selon TBN.

Arrivé deuxième avec environ 19% contre 72% pour Faure Gnassingbé, Agbéyomé Kodjo ne reconnait toujours pas sa défaite. Il se réclame être le gagnant et s'est même autoproclamé "président démocratiquement élu", sauf qu'il n'a jusque-là pas encore prêté serment comme Faure Gnassingbé.

Malgré l'interdiction à lui faite par la justice de remettre en cause les résultats confirmés par la cour constitutionnelle, le sieur Kodjo persiste, signe et insiste dans sa revendication.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.