Ile Maurice: MBC / Manifestation - Les dessous d'une vilaine manipulation

Comment la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) a-t-elle pu présenter une manifestation, ayant facilement rassemblé plus de 5 000 personnes, voire 8 000, selon les organisateurs, avec un reportage montrant des pancartes à terre et de petits groupes de personnes éparpillées, avec, de surcroît, des commentaires comme «le grand public n'était pas au rendez-vous», ou encore «il n'y avait manifestement pas de foule monstre» ? Cela, alors que les médias indépendants ont tous montré des images d'une impressionnante foule.

D'ailleurs, Malenn Oodiah, également présent, a écrit sur sa page Facebook, lundi : «La foule réunie hier était celle de l'île Maurice, de l'espoir porté et incarné par des citoyens au-delà de la couleur politique. Il y avait une belle présence de femmes et de jeunes. Certains parents ont emmené leurs enfants... »

Selon certaines sources à la station de radiotélévision nationale, l'instruction «venant d'en haut» préconisait tout simplement de passer sous silence la manifestation et de n'y accorder aucune couverture. L'excès de zèle de ceux ayant reçu cette instruction d'un Advisor du PMO les a poussés à tout simplement procéder à une manipulation des images et des faits.

Toujours selon nos sources à la MBC, le script de la voix-off a été rédigé par Ravin Joypaul luimême. Ce dernier qui n'est autre que le Director of News, a dû lui-même prêter sa voix à la lecture de la voix-off après le refus des journalistes à qui il voulait confier cette tâche. Nous avons appelé Ravin Joypaul plusieurs fois hier, mais il n'a répondu à aucun de nos appels.

«Ingéniosité»

Les spécialistes de l'audiovisuel remarqueront également la concision et la réserve de la présentatrice du JT dans son «lancement» (texte que dit un présentateur avant de «lancer» le sujet pré-monté). Valérie Kallee ne s'est nullement aventurée dans les qualificatifs visant à réduire l'ampleur de la manifestation. Son lancement était concis au point où elle n'a même pas donné le nom du journaliste auteur du reportage. Ce qui n'était visiblement pas une erreur car contrairement aux autres sujets développés dans le JT, celui consacré à la manifestation citoyenne de samedi dernier ne contenait pas les incrustations habituelles à la fin avec les noms du journaliste et des vidéographes qui étaient sur les lieux.

Visiblement, personne n'a voulu assumer ce montage odieux réalisé à partir des séquences bien choisies : les moments précédant le début de la marche avant que la foule ne se rassemble. Autre «ingéniosité» : le montage contenait des images tournées juste avant que la foule de manifestants n'aborde un tournant. Les images de cette séquence ne montraient ainsi les quelques dizaines de personnes marchant en tête du contingent.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.