Mozambique: Les shebabs toujours présents dans la province du Cabo Delgado

(Photo d'archives) - La ville côtière stratégique de Mocímboa da Praia en 2013.

La province de Cabo Delgado, véritable eldorado pour les compagnies minières et gazières, est en proie depuis 2017 à des violences perpétrées par les islamistes shebabs, dont le groupe État islamique revendique les actions. Plus de 1 300 personnes ont été tuées en trois ans, selon l'ONG Acled (Armed Conflict Location and Event Data Project), mais aucune intervention régionale ou internationale n'a encore été mise en place.

Malgré des opérations répétées, le Mozambique ne parvient pas à maîtriser la région de Cabo Delgado. Et désormais, le temps presse, selon Martin Ewi, chercheur au sein de l'Institut d'études de sécurité (ISS). « Le Mozambique doit se rappeler d'autres expériences en Afrique, où les pays ont choisi la stratégie de l'autruche. En niant qu'une insurrection existe, en repoussant à plus tard des actions, cela peut vite devenir totalement hors de contrôle. »

L'Union africaine attend une action de la SADC qui a, en mai dernier, reconnu le danger de l'insurrection pour toute la région. Mais aucune intervention n'est pour l'instant en vue, selon Martin Rupiya, du centre africain pour la résolution constructive des conflits (ACCORD). « La SADC doit être officiellement invitée à intervenir. Et les pays attendent jusqu'à dernier moment pour se tourner vers l'institution. D'autres techniques ont d'abord été essayées, comme l'intervention de compagnies de sécurité privée, car personne ne veut voir cette région être cataloguée comme zone de conflit. »

Et une solution militaire seule ne suffira pas, selon Martin Rupiya. « Ce qui se passe à cet endroit, c'est que les groupes rebelles profitent d'un sentiment d'injustice et de colère, une situation renforcée par la présence de ressources comme des rubis ou du gaz. Une option militaire n'est qu'un bout de la solution, il y a surtout besoin d'investissements pour créer des infrastructures, des emplois, et redonner de l'espoir. » Selon l'ONU, plus de 200 000 personnes ont été déplacées depuis le début des attaques.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.