Tenir la promesse des ODD toujours possible même avec le COVID-19, dit Songwe

30 Juin 2020

Addis-Abeba — L'Afrique peut avoir perdu un peu d'élan dans sa quête de réaliser les Objectifs de développement durable d'ici 2030 en raison de la pandémie de coronavirus en cours, mais le continent peut se resituer sur sa trajectoire d'avant, déclare ce mardi, Mme Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l'Afrique (CEA).

Dans une conversation virtuelle avec Zeinab Badawi lors de la revue annuelle du CDC 2019 dans laquelle elle a fourni une perspective macro-économique sur les effets de la pandémie de COVID-19 sur l'Afrique, Mme Songwe dit qu'il y a beaucoup à faire grâce aux partenariats et à la collaboration pour assurer le regain du terrain perdu par l'Afrique au lendemain de la crise sanitaire.

« Ce que l'Afrique a montré dans cette crise, alors même que nous parlons du moratoire de la dette, c'est le fait que nous avons mûri. Nous ne parlons pas d'annulation de dette. Nous parlons d'un pont pour surmonter la crise pour beaucoup de nos pays », affirme-t-elle.

Et ajoute : « Nous aurions pu perdre un peu de dynamisme concernant les ODD de 2030, mais si nous nous unissons tous rapidement, ce ne serait pas peine perdue et nous pourrons profiter de l'occasion pour accélérer certaines choses ».

Elle informe le public, parmi eux des représentants de l'ensemble du Gouvernement du Royaume-Uni, des parlementaires, des décideurs, des universitaires, des dirigeants d'ONG et des investisseurs d'impact ainsi que des représentants d'organisations multilatérales et bilatérales, des initiatives prises par la CEA et ses partenaires pour aider l'Afrique contenir les effets de la crise sanitaire.

Cela comprend l'appel au moratoire de la dette pour tous les pays africains, la Plateforme africaine de communication et d'information pour la santé et l'action économique (ACIP), l'Initiative pharmaceutique de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), et d'autres.

L'ACIP est un outil mobile pour l'information et la communication à double sens entre les citoyens et les gouvernements. Il fournit aux groupes de travail nationaux et régionaux sur le COVID des données d'enquête générées par les utilisateurs et des informations sanitaires et économiques exploitables qui permettront aux autorités de mieux analyser les problèmes liés à la pandémie et de mettre en œuvre des réponses appropriées.

L'Initiative pharmaceutique ancrée dans la ZLECA est un projet pilote qui vise à développer la capacité des pays africains à alléger le fardeau de leurs systèmes de santé grâce à la production localisée de médicaments, à des achats groupés et à un cadre harmonisé de réglementation et de qualité.

« Nous commençons à utiliser davantage les télécommunications pour fournir des informations et nous pouvons également utiliser l'ACIP pour l'identification numérique à l'avenir. Ce sont d'énormes investissements dans les TIC qui vont être nécessaires », indique Mme Songwe, ajoutant que le CDC devra investir dans l'énergie et les TIC en Afrique, en plus de consolider les entreprises existantes ; assurer plus de partage des risques, injecter des liquidités et imposer des moratoires de paiement aux entreprises avec lesquelles il travaille sur le continent.

« Nous devons continuer à investir dans les infrastructures », dit-elle, ajoutant que l'Afrique passe davantage de combustibles fossiles à des formes d'énergie plus propres comme le gaz.

« Nous sommes maintenant à 40% de la consommation de gaz. Nous devons nous engager plus dans cette pratique. C'est beaucoup moins cher, beaucoup plus stable et sa production peut améliorer le développement sur le continent », déclare Mme Songwe, ajoutant que le gaz reste essentiel à la production d'électricité en Afrique et est un carburant de génération clé pouvant catalyser la transformation de l'énergie propre du continent.

Cela, dit-elle, donne aux pays africains la possibilité d'éliminer davantage de carburants polluants et de faire entrer davantage d'énergies renouvelables.

Sur la nécessité de créer une nouvelle facilité de durabilité et de liquidité pour réduire les coûts d'emprunt pour les gouvernements africains en incitant le secteur privé à augmenter ses propres portefeuilles d'investissement sur le continent et à accélérer la création d'emplois, Mme Songwe déclare :

« Je ne pense pas que le problème de l'Afrique soit le problème de la dette. Le problème de l'Afrique aujourd'hui est le problème de la liquidité. Si nous ne résolvons pas le problème de liquidités, nous tomberons dans des problèmes de solvabilité et de la dette d'autres problèmes émaneront. Lorsque nous parlons de dette sur le continent, nous la considérons toujours comme quelque chose de négatif. Vous devez être en mesure d'emprunter pour pouvoir vous développer... la question porte sur le taux de rendement de l'investissement et c'est là qu'intervient la question d'obtenir des taux moins chers ».

Elle déclare que l'Afrique se développera plus rapidement et sortira les gens de la pauvreté plus rapidement avec des investissements privés à des taux beaucoup moins élevés, ajoutant que des travaux sont en cours pour attirer un nouveau type d'investisseurs sur le continent.

Pour sa part, le PDG du CDC, Nick O'Donohoe, informe que, mis à part la crise sanitaire évidente que traverse l'Afrique, le coronavirus a causé d'énormes dégâts économiques.

« C'est un énorme problème économique pour l'Afrique qui s'avère encore plus important à un moment comme celui-ci. Inévitablement, lorsque des crises surviennent, les investisseurs du monde entier deviennent plus averses au risque et au fur et à mesure qu'ils le deviennent, leur première réaction est de rapatrier les fonds des endroits les plus éloignés, peut-être qu'ils connaissent et perçoivent le moins le plus de risques et c'est ce qui est arrivé en Afrique ».

Il dit que le rôle des institutions de financement du développement comme le CDC dans de telles circonstances est de faire un pas en avant pour combler le vide de retraits de fonds commerciaux.

« Le premier rôle consiste à s'assurer que les grandes entreprises qui traversent cette crise extraordinaire disposent de fonds de roulement et des liquidités dont elles ont besoin pour survivre, ce qui a été une priorité pour CDC. Nous essayons de collaborer avec nos partenaires bancaires pour fournir plus de liquidités », indique M. O'Donohoe.

Yasemin Lamy, Directeur adjoint des investissements au CDC, informe que depuis le début de l'épidémie de COVID-19, le CDC s'est concentré sur la préservation des emplois dans les pays dans lesquels ils ont investi ; adopté l'injection systématique de liquidités ; et se concentre sur la reconstruction. Un fonds de roulement est fourni aux femmes et aux petites et moyennes entreprises pour préserver les emplois, entre autres initiatives.

L'examen s'est tenu sous le thème, « Vers une décennie d'action : 10 ans pour atteindre les Objectifs de développement durable ». Le CDC est l'institution britannique de financement du développement.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.