Sénégal: Saisie au port de véhicules voles et démantèlement d'une bande de faussaires - Le coup de filet de la Douane

16 Juillet 2020

La Douane a saisi 12 véhicules et a mis fin aux agissements d'un réseau de faussaires de certificats de mise à la consommation, informe un communiqué de la structure parvenu à la rédaction hier, mercredi 15 juillet.

La subdivision des douanes du Port autonome de Dakar a mis la main sur 12 véhicules, informe un communiqué parvenu à la rédaction hier, mercredi 15 juillet. Selon la source, ils « étaient dans des conteneurs déclarés en transit vers la sous-région ».

La Douane signale que « la saisie fait suite à un minutieux travail d'investigation ayant permis de localiser et d'isoler d'abord, deux conteneurs dans lesquels étaient six véhicules de marque française Citroën DS et Peugeot ».

Elle ajoute que « les voitures ont été volées et déclarées en France comme l'a confirmé une enquête menée par l'Unité mixte de contrôle des conteneurs (Umcc), et la Cellule de centralisation des acquits-à-caution (Ccac).

Le travail de renseignement et de contrôle qui a suivi cette première saisie a également permis d'intercepter d'autres conteneurs renfermant des véhicules supposés volés en France ».

Et au total, en collaboration avec le Bureau Interpol Dakar, révèle la Douane « l'opération a abouti à la saisie de quatre conteneurs dans lesquels se trouvaient douze véhicules volés ».

Une autre opération des soldats de l'Economie est que le bureau des investigations criminelles et des stupéfiants de la direction du renseignement et des Enquêtes douanières a démantelé un réseau de trafic de faux documents.

La douane signale qu'il s'agit « d'une entreprise de faussaires implantée à Dakar ». «L'analyse des informations contenues dans les disques durs des ordinateurs saisis dans l'entreprise en question montre que les propriétaires se livraient à des manipulations consistant notamment à scanner les originaux des Certificats de Mise à la Consommation (Cmc), à changer les dates et numéros d'enregistrement, voire de châssis », explique le communiqué.

Le même procédé était opéré sur des véhicules étrangers. Les copies des cartes grises étaient falsifiées. Les faussaires modifiaient les marques, numéros de châssis et dates de première mise en circulation. Plusieurs personnes arrêtées dans le cadre de l'enquête ont fait des aveux.

«Les faussaires sont passés aux aveux, indiquant qu'ils se livraient à ces pratiques moyennant une rémunération et que le but visé était de permettre aux détenteurs de CMC de pouvoir proroger frauduleusement le délai de ce document avant de procéder à la mutation du véhicule.

Quant aux manipulations sur les cartes grises, elles permettaient à certains transitaires de dédouaner des véhicules destinés au transit vers des pays de la sous-région ».

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.