Sénégal: Le Forum Civil demande une révision des instruments de gouvernance

16 Juillet 2020

Le Forum Civil, section sénégalaise de Transparency international dans sa déclaration, à l'occasion de la journée africaine de lutte contre la corruption mettait en exergue la pandémie de la Covid-19, qui selon lui «constitue aujourd'hui une opportunité non négligeable pour revisiter les instruments de gouvernance au niveau africain mais aussi de réinventer notre système d'intégrité interne pour la soutenabilité de notre économie, la protection de nos ressources naturelles, la préservation de nos deniers publics et la prospérité des citoyens».

Les camarades de Birahime Seck sont donc d'avis qu'il est opportun de mettre de l'ordre dans nos instruments de gouvernance pour la réussite du Plan de relance de l'Economie nationale (Pren).

Pour y parvenir, le forum civil a formulé entre autres recommandations, l'effectivité de la mise en œuvre de la Convention de l'Union africaine pour la prévention et la lutte contre la corruption; la ratification de la Charte africaine de la démocratie ; des élections et de la bonne gouvernance adoptée le 30 janvier 2007 à Addis Abeba; de finaliser les textes sur le Cadre général de l'éthique et de la déontologie dans la fonction publique; de transformer la Crei en Cour de répression des infractions économiques et financiers (Crief) ou de mettre en place un Parquet financier national; de renforcer la spécialisation du Pôle financier rattaché auprès du procureur de la république; de fixer des règles d'évaluation objective et de gestion des carrières des magistrats; d'assurer l'autonomie budgétaire de certaines juridictions avec obligation de reddition des comptes; d'adopter une loi sur le financement des campagnes électorales et des partis politiques ainsi qu'une loi sur les conflits d'intérêt; d'accélérer la révision de la loi sur la déclaration de patrimoine; de finaliser et d'adopter l'avant-projet de loi sur l'accès à l'information.

Dans son discours du 03 avril 2012, le président de la République avait pris l'option d'être guidé par un souci de transparence, de responsabilité dans la gestion des affaires publiques, de lutte contre la corruption et la concussion.

C'est dans cette logique que «l'Office national anti-corruption (Ofnac) avait été créé, le Code de transparence de la gestion des Finances publiques adopté, la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) réactivée et la Cour des comptes réformée, avec, notamment l'institution d'un Parquet général», rappelle le forum civil.

Ces mesures avaient permis de faire évoluer positivement la note du Sénégal dans l'Indice de perception de la corruption (Ipc) publié par Transparency international.

A partir de 2016, le score du Sénégal a cessé de progresser. Depuis trois (03) ans, «le Sénégal reste dans la zone rouge, avec le même nombre de points (45/100)», constate pour le déplorer le forum civil.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.