Cameroun: Projet de loi sur les associations culturelles - Des débats toujours houleux

L'adoption du texte par le parlement n'a pas suffi à calmer les doutes et les griefs émis par une grande partie du monde artistique et culturel.

Le projet de loi N°1076/PJL/AN sur les associations culturelles continue de diviser le sous-secteur. De nombreux artistes, promoteurs d'associations et culturels et d'artistes crient leur mécontentement à propos du projet de loi N°1076/PJL/AN régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun. Ceci malgré son passage devant les deux chambres du Parlement: l'assemblée nationale et le sénat. Depuis bientôt un mois, ils se font entendre à travers des interventions sur les plateaux télévisés, les émissions de radio, et évidemment sur les réseaux sociaux.

Leurs revendications sont totalement justifiées selon eux, comme l'a laissé transparaître dans des sorties médiatiques opérées par un mouvement présenté sous les noms de Collectif des professionnels du secteur culturel au Cameroun. En groupe ou en solo, certains artistes contestent le fait de ne pas avoir collaboré à la phase de conception, ce qui aurait provoqué selon eux « une intervention abusive du ministère en charge de la Culture dans la vie des associations culturelles ».

Il est également reproché au projet de loi porté par le ministère des Arts et de la Culture, l'élaboration des statuts-types des fédérations à venir (conformément à l'article 22 très souvent mis en avant par les « plaignants ») ; la limitation du cadre géographique d'exercice des activités par lesdites associations culturelles qui refusent de promouvoir leurs événements uniquement au sein de communes ou de départements ; la question de l'agrément délivré par le ministère de la Culture et le regard mis sur les financements internationaux et nationaux par la tutelle et le ministère de l'Administration territoriale, signe selon eux de la privation de leur liberté artistique et de création. Entre autres. Dans le milieu culturel, tous les artistes ne sont pas contre ce projet de loi. Nombre d'entre eux ont marqué leur consentement et leur appui au Minac dans la mise en place des fédérations, « gage selon eux d'un avenir plus serein pour les conditions de vie des artistes. »

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.