Ile Maurice: Court Amendement Bill - «Ziss pou bouss lizié» fustige Clency Harmon

Clency Harmon, Jack Bizlall, Rajen Narsinghen, et Bruno Laurette ont tenu une conférence de presse, ce jeudi 16 juillet, au sujet du Court Amendement Bill qui a été présenté au parlement.

Selon ces derniers, la bataille s'est achevée mais la guerre ne fait que commencer. En effet, Clency Harmon, président de l'association Justice, Réparation et Restitution, explique que «la promesse du Premier ministre n'a pas été tenue. Ce que nous avons eu c'est ziss pou bouss lizié.»

En effet, l'ex-gréviste explique que tous ceux concernés sont satisfaits qu'enfin de la création de la division foncière au sein de la Cour suprême. Toutefois, ils regrettent tous que le tribunal foncier n'aura pas le pouvoir de gérer les affaires en profondeur. «Il y aura les mêmes pouvoirs que la cour actuelle, l'unique différence qui se profile c'est que ça ira plus vite. Ce n'est pas ce que le Premier Ministre avait promis. Nous ne sommes pas satisfaits car nos affaires seront jugées avec prescription sans moyens de pouvoir prouver les fraudes.»

Le syndicaliste Jack Bizlall a pour sa part ajouté que le tribunal foncier opérera comme un tribunal normal, et de ce fait, la loi d'équité ne sera pas appliquée alors que cela faisait partie de leur demande. Si la culpabilité de quelqu'un est reconnue, il ne lui sera pas obligatoire de rendre les terres ou compenser les victimes selon la valeur actuelle des terres.

Selon ceux qui ont présidé la conférence, la marche à suivre est d'envoyer une lettre à tous les parlementaires puis aux juges pour leur expliquer les faits et la raison de leur mécontentement. Clency Harmon a donc insisté sur le fait que la guerre ne fait que commencer et que «s'il faut une autre grève de la faim, il y en aura.»

Après la conférence, nous avons tenté de joindre l'Attorney General, Maneesh Gobin, pour connaitre son point de vue mais il est resté injoignable.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.